Accueil » Actualité » Steve Ballmer veut « tuer Google »

Steve Ballmer veut « tuer Google »

Microsoft, qui a perdu un autre employé important encore une fois au profit de Google, réagit vivement à ce mouvement de départ vers le concurrent qui se créé dans l’entreprise américaine.

Et Steve Ballmer n’y va pas de main morte en déclarant qu’il allait se vouer à la minuscule tâche de « tuer Google »…
Le PDG de Microsoft commence en effet quelque peu à perdre ses moyens suite à l’annonce d’un de ses employés de son départ de la société pour le concurrent.
Et pas n’importe quel employé puiqu’il occupait dans la firme de Redmond ni plus ni moins qu’un poste d’ingénieur en chef.
Après le départ du docteur Kai-Fu Lee qui a suivi le même chemin il y a quelques semaines, et ce malgré les menaces de la société, la firme américaine était plus que jamais en froid avec le moteur de recherche.

Microsoft cherche donc à réagir au plus vite avant que cette mode ne se généralise au sein de l’entreprise et qu’ils ne perdent ainsi leurs meilleurs éléments.

« En pleine conversation, il m’a brusquement coupé pour me demander ‘Dites moi seulement que ce n’est pas Google !' », confie Mark Lucovsky, ancien ingénieur pour Microsoft, en parlant de l’annonce de son départ à son ancien PDG.

« À ce moment là, Mr Ballmer a attrapé une chaise qu’il a jeté à travers son bureau contre une table. », ajoute t’il.
Vous l’aurez compris, le titre de cette news aurait aisément pu être « Ballmer pête les plombs ».
Je vous épargnerais d’ailleurs le flot d’insultes digne des plus arrogants rappeurs américains que le PDG de la firme ne s’est pas privé d’envoyer contre le moteur de recherche, et que Lucovsky a détaillé dans un document qu’il a rendu public vendredi.
Mais en version « soft », ça donne : « Je m’en vais enterrer ce type [Eric Shmidt, le président de Google], je l’ai déjà fait dans le passé, et je le referais. Je vais tuer Google ! ».

Mais l’homme en question tente de modérer les propos de Lucovsky, en affirmant dans un rapport publié vendredi qu’il s’agit d’une grossière déformation de la réalité.
« Les propos de Mark Lucovsky au sujet de notre conversation concernant son départ ne sont qu’exagération de ce qui s’est réellement passé », ecrit t’il.
« Le départ de Mark était plutôt innatendu et je l’ai sommé de changer d’avis. Mais sa caractérisation de cette réunion n’est pas très précise. »

Toujours est-il que cette histoire vient rapporter un peu de piment dans l’affaire du départ du docteur Kai-Fu Lee de Microsoft pour Google au mois de juillet, alors que la firme avait tenté d’empêcher son embauche.

En attendant, si l’un d’entre vous se sent de défier Mr Ballmer au jeu du lancer de chaises, vous savez où le trouver…

Source : ZDNet