Accueil » Actualité » Les films de supers-héros « m’ennuient », confie le réalisateur des Gardiens de La Galaxie

Les films de supers-héros « m’ennuient », confie le réalisateur des Gardiens de La Galaxie

Lassés des productions actuelles, le réalisateur James Gunn explique comment il a tenté de changer la donne avec Suicide Squad.

Malgré son implication dans Les Gardiens de La Galaxie, James Gunn semble lassé de la représentation souvent stéréotypée des supers-héros dans les productions actuelles. Soucieux de vouloir changer les choses, le réalisateur explique comment son travail y participe. Avec la suite de Suicide Squad, Gunn entend donner un grand coup de pied aux clichés et aux histoires déjà vues. Le mot d’ordre reste la créativité. Avec son sens de la dérision, son goût pour la violence exacerbée, le prodige pourrait effectivement nous surprendre.

Avec Suicide Squad , Gunn veut bouger les lignes - Crédit : DC Films
Avec Suicide Squad , Gunn veut bouger les lignes – Crédit : DC Films

Finies les intrigues redondantes et tirées par les cheveux. Terminées les représentations déjà vues et revues, Gunn veut que les lignes bougent une fois pour toutes. Et le réalisateur pourrait être en passe de réussir son pari.

James Gunn réinvente le monde des supers-héros

« Ils m’ennuient, surtout en ce moment. Au début, vraiment, je les aimais. Il y a encore des gens qui essaient de faire des choses différentes. Mais beaucoup de productions sont vraiment lassantes. Il est grand d’apporter de nouveaux éléments, en s’inspirant d’autres genres » témoigne ainsi le réalisateur. Et pour changer la donne, Gunn n’y va pas avec le dos de la cuillère. « J’ai créé un film de guerre de supers-vilains. Je me suis inspiré des Douze Salopards ou de Quand Les Aigles Attaquent. Cela me permet de ne pas censurer ma créativité. De replonger dans des univers qui ont littéralement marqué mon enfance » ajoute ainsi Gunn.

Pour prouver que son projet est tout à fait réalisable, Gunn cite en exemple le prochain volet de Suicide Squad. Et il peut compter sur le soutien du producteur Peter Safran. « Le deuxième volet est totalement unique. On est dans un film de guerre rocailleux des années 70, combiné à la dureté des personnages de James et son sens indéniable de la comédie » témoigne ainsi ce dernier. D’ailleurs ce nouvel opus n’est pas présenté comme une suite traditionnelle, mais comme un redémarrage total de la franchise.

En ne se posant aucune limite, Gunn pourrait réussir à véritablement surprendre les fans du genre. Avec son sens indéniable de la modernité, le réalisateur pourrait encore aller plus loin pour ses prochains projets. Sa liberté de ton pourrait aussi s’inscrire dans la lignée de The Boys, sans jamais faire la moindre concession sur ses envies de contenus. Pour en avoir le cœur net, rendez-vous prochainement dans les salles obscures pour découvrir les aventures de Quinn et sa nouvelle bande de bras cassés !

Source : Movieweb