Accueil » Actualité » Sur Mars, le niveau d’oxygène n’est jamais le même et c’est incompréhensible

Sur Mars, le niveau d’oxygène n’est jamais le même et c’est incompréhensible

Les scientifiques de la NASA ont observé une augmentation de la concentration d’oxygène dans l’atmosphère martienne en été et une baisse en hiver. Stupéfaits, ils ne disposent encore d’aucune explication.

L’exploration de Mars grâce à la mission InSight et particulièrement son rover Curiosity est digne d’une série télévisée avec ses nombreux rebondissements, comme ses difficultés à creuser le sol martien alors qu’une semaine auparavant la situation semblait enfin résolue. Le dernier en date laisse les scientifiques circonspects : le niveau d’oxygène fluctue sans que l’on sache pourquoi.

Image 1 : Sur Mars, le niveau d’oxygène n’est jamais le même et c’est incompréhensible

Alors qu’il est en pleine exploration du cratère Gale, Curiosity analyse la composition de l’atmosphère martienne. Elle est de 95 % de dioxyde de carbone (CO2), 2,6 % de diazote (N2), 1,9 % d’argon (Ar), 0,16 % de dioxygène (O2) et 0,06 % de monoxyde de carbone (CO). Toutefois, ce sont des chiffres moyens et ils viennent à changer en fonction des saisons dans des niveaux normalement prévisibles en fonction de la pression.

Seulement, les scientifiques ont eu la surprise de s’apercevoir que les niveaux d’oxygène n’avaient pas suivi leurs prédictions, mais y étaient de 30 % supérieurs au printemps et à l’été. Melissa Trainer, directrice de recherche pour la NASA, ne peut que faire des hypothèses : « Le fait que l’attitude de l’oxygène ne se répète pas parfaitement chaque saison nous laisse à penser qu’il ne s’agit pas d’un problème lié à la dynamique atmosphérique. Il doit s’agir d’une source chimique et d’un puits dont nous n’avons pas encore connaissance ».

Cette nouvelle inconnue vient s’ajouter à celle précédemment détectée de présence sporadique de pics de méthane. Toutes deux pourraient trouver leur origine dans le sol martien, voire dans une vie microbienne. S’il a été montré avec les atterrisseurs Viking que la chaleur pouvait faire libérer de l’oxygène au sol, le phénomène qui fait baisser sa concentration n’est pas encore connu.

Source : Digitaltrends