Accueil » Actualité » Surface RT : Microsoft admet s’être trompée de nom

Surface RT : Microsoft admet s’être trompée de nom

Image 1 : Surface RT : Microsoft admet s'être trompée de nomDans un entretien accordé au site ARN, Jack Cowett, directeur marketing de la gamme chez Microsoft, admet que l’entreprise s’est trompée de nom lorsqu’elle a sorti la première tablette Surface RT il y a un an. « Nous pensons qu’il y a eu, sur le marché l’année dernière, une certaine confusion concernant les différences entre Surface RT et Surface Pro. Nous voulons faire en sorte que ce soit plus facile pour chacun, et ce sont deux produits différents destinés à deux types de personnes. »

Image 2 : Surface RT : Microsoft admet s'être trompée de nomJack Cowett explique ainsi le changement de dénomination de la nouvelle tablette de Microsoft qui tourne sous Windows RT. Celle-ci ne portera pas le nom de Surface 2 RT, mais simplement celui de Surface 2. L’appareil est attendu pour le 22 octobre, et proposera de nouvelles fonctionnalités : une définition en 1080p (au lieu de 720p pour la première Surface RT), un pied positionnable à 2 niveaux, un port USB 3.0, un nouveau processeur ARM à base de Tegra4, etc. Bref, il s’agit d’une refonte matérielle totale, même l’apparence générale de la Surface 2 reste identique à celle de la Surface RT.

Néanmoins, on peut s’interroger sur le bien-fondé de ce changement de dénomination. Microsoft, qui veut éviter la confusion, risque d’en provoquer davantage. Car d’un côté, on se retrouve avec une tablette sous Windows RT 8.1, simplement baptisée Surface 2, et principalement dédiée au grand public. Et de l’autre, Redmond commercialise une tablette sous Windows 8, appelée Surface 2 Pro, destinée aux professionnels, mais également au grand public qui a besoin d’un OS capable de lancer les applications 32 et 64 bits. Enfin, Microsoft continue à vendre la première version de sa tablette sous Windows RT, et la nomme toujours Surface RT. Vous arrivez à suivre ? On imagine facilement l’imbroglio en magasin, tant pour les vendeurs que pour les consommateurs, qui risquent d’avoir encore plus de mal à faire à la différence entre tous ces modèles.