Accueil » Actualité » Switch Lite : la nouvelle console de Nintendo aurait pu coûter beaucoup plus cher

Switch Lite : la nouvelle console de Nintendo aurait pu coûter beaucoup plus cher

Lorsque Nintendo a annoncé la Switch Lite à 200 euros, les consommateurs se sont réjouis. Aujourd’hui, le rideau se lève sur les négociations qui ont permis d’obtenir un tel prix. Elles ont été sévères.

Image 1 : Switch Lite : la nouvelle console de Nintendo aurait pu coûter beaucoup plus cher

Le prix est l’un des éléments fondamentaux dans le succès d’une console. Il est souvent vu par le consommateur comme un des points clefs concernant la décision d’achat. Nintendo a donc tout fait pour que sa nouvelle Switch Lite puisse être vendue sous la barre psychologique des 200 euros.

Des négociations « agressives » pour baisser le coût de la Switch Lite

199 euros ou 199 dollars, voilà la limite que s’était fixée Nintendo quant au prix de vente de sa console Switch Lite. 100 euros moins chère que sa grande sœur soit un tiers du prix total, ce n’est pas une mince affaire. Nintendo a donc mis une pression très forte sur ses fournisseurs, dont plusieurs témoignent aujourd’hui. Certains auraient pu penser que la modification de certains éléments avait suffi à justifier une telle différence de prix. En effet, la disparition des joy-cons amovibles, du dock de connexion à un téléviseur ou encore la réduction de la taille de l’écran sont probablement en grande partie responsable des économies réalisées par Nintendo.

Mais ce n’était pas suffisant et si l’on en croit certains fournisseurs du père de Mario, les négociations ont été âpres et pour certaines ont duré des mois. Ainsi, plusieurs témoignages ont été recueillis par le Wall Street Journal décrivant l’attitude de Nintendo comme agressive. L’un des informateurs affirme même que les discussions entre la marque japonaise et son entreprise se sont étalées sur plusieurs mois.

Dans sa recherche de réductions des coûts, Nintendo est aussi allé chercher Murata Manufacturing en tant que fournisseur de batteries. L’idée est autant de trouver une nouvelle source meilleur marché que d’activer la concurrence avec TDK Corp, partenaire historique de Big N. Le but était même de descendre le prix en deçà de 200 dollars, mais cette possibilité a dû être abandonnée.