Accueil » Actualité » Symantec : « l’antivirus est mort », et après ?

Symantec : « l’antivirus est mort », et après ?

Image 1 : Symantec : "l'antivirus est mort", et après ?

Dans une récente interview accordée au Wall Stret Journal, Bryan Dye, vice-président de Symantec, a déclaré que l’antivirus était mort.

Selon lui, il n’est plus aussi efficace que par le passé. Il explique qu’aujourd’hui, seules 45% des attaques sont bloquées par les antivirus. Un constat qui l’amène à dire que l’antivirus ne remplit plus son rôle et est donc obsolète.

Bien connu pour ses suites de logiciels de sécurité et notamment pour son antivirus Norton, Symantec pourrait sembler être en train de se tirer une balle dans le pied, ce secteur représentant encore 40 % de son chiffre d’affaires. Sur ce point, Bryan Dye explique que « nous ne voyons plus l’antivirus comme une activité lucrative. »  Néanmoins, ses propos ne sont pas bruts. Ils s’accompagnent de solutions alternatives. En place sur son créneau depuis les années 80, Symantec serait ainsi prêt à effectuer un revirement stratégique tout en conservant sa suite de sécurité.

Sauver les meubles

Au lieu de chercher à tout prix à bloquer les pirates et d’échouer dans 55 % des cas au final, Symantec voudrait travailler en amont pour les repérer et limiter leur champ d’action ainsi que les dégâts causés. Plusieurs outils sont à sa disposition pour cela : le chiffrement des données, l’introduction de fausses données pour tromper les pirates (Juniper Netwoks) ou encore la recherche automatique de codes malveillants (FireEye).

Cette volonté de se dépoussiérer va de pair avec les mauvais résultats financiers de Symantec ces dernières années. Il doit se réinventer pour répondre aux nouveaux besoins des entreprises et leur proposer des solutions innovantes pour rester dans la course.

Quel est le meilleur antivirus gratuit ?