Accueil » Actualité » Tesla : deux employés licenciés pour avoir critiqué Elon Musk

Tesla : deux employés licenciés pour avoir critiqué Elon Musk

Aux États-Unis, deux employés de Tesla ont participé à la rédaction de deux lettres dont l’une critiquait un tweet du grand patron Elon Musk. Renvoyés de l’entreprise, ils ne comptent pas en rester là et ont d’ores et déjà porté plainte.

Elon Musk
Elon Musk © Pixabay

Les voix s’élevant contre Musk sont tout bonnement étouffées. C’est notamment le cas chez Twitter où des employés ayant critiqué publiquement Elon Musk ont été virés du jour au lendemain. La parole est également loin d’être libre du côté de Tesla. Bloomberg nous apprend ce mardi la mésaventure de deux anciens employés du célèbre constructeur. Ces derniers disent avoir été licenciés illégalement pour avoir participé à la rédaction de deux lettres.

La première exhortait Tesla à reconsidérer sa politique de retour au bureau, le télétravail n’étant plus acceptable sans avoir travaillé pendant au moins 40 heures en présentiel. La seconde lettre dénonçait un tweet de Musk qui violerait les politiques anti-harcèlement de l’entreprise. Ces deux lettres ne sont restées qu’au stade embryonnaire et n’ont jamais été envoyées aux dirigeants.

SpaceX, Twitter, Tesla : l’opposition est bâillonnée

Selon la plainte, les employés disent avoir été renvoyés pour avoir évoqué “l’incapacité de Tesla à appliquer sa politique de non-harcèlement et sa mise en œuvre de sa politique de retour au bureau post-Covid”. Basés en Californie, les anciens collaborateurs ont déposé des plaintes auprès du National Labor Relations Board. Les licenciements peuvent avoir violé la loi fédérale protégeant la parole des employés liée aux conditions de travail.

Pour rappel, une affaire similaire avait éclaté du côté de SpaceX en juin dernier. Des employés avaient rédigé une lettre ouverte où ils dénonçaient le comportement d’Elon Musk, « source fréquente de distraction et d’embarras ». Il n’en fallait pas plus pour déclencher la colère du dirigeant. SpaceX a renvoyé les employés impliqués dans la foulée.

“Nous avons trop de travail à faire et nous n’avons pas besoin de ce genre d’activisme excessif”, avait notamment pointé Gwynne Shotwell, présidente et cheffe de l’exploitation de SpaceX. Parmi les neuf employés licenciés, huit ont porté plainte auprès des régulateurs fédéraux.