Accueil » Actualité » Tesla limite les capacités de son Autopilot pour se conformer aux lois européennes

Tesla limite les capacités de son Autopilot pour se conformer aux lois européennes

L’Europe est plus stricte en ce qui concerne la législation sur les véhicules autonomes. Tesla a donc dû limiter certaines fonctions de son algorithme en commençant par la Model 3. Les autres sont en train de suivre.

Image 1 : Tesla limite les capacités de son Autopilot pour se conformer aux lois européennes

Tesla vient de commencer à déployer une mise à jour sur ses Model S et X. Contrairement à l’habitude, celle-ci ne vient pas ajouter des fonctions comme récemment la reconnaissance des zones de chantier même si elle confond un enfant au t-shirt orange avec un cône de signalisation. Au contraire, Tesla va en retirer.

L’Autopilot des Tesla grandement limité en Europe

Les propriétaires européens de Model S et Model X sont en train de constater qu’une mise à jour du logiciel de conduite est en cours de déploiement. Déjà poussée vers les Model 3, elle a pour but de mettre les véhicules de la marque américaine en conformité avec la législation européenne de 2017 sur l’aide à la conduite, particulièrement en ce qui concerne sa capacité à agir sur la direction, celle-ci étant plus stricte que celle rencontrée aux États-Unis.

Cela impacte grandement les habitudes de conduite des possesseurs de Tesla puisqu’énormément de fonctions sont affectées. Pour commencer, le Smart Summon, cette fonction qui permet au conducteur de faire venir sa voiture à lui en appuyant sur une touche, ne pourra plus fonctionner que si le véhicule se trouve à moins de 6 mètres de distance. La fonction avait provoqué un grand nombre de réactions lors de son déploiement aux États-Unis, provoquant souvent bouchons ou accidents.

Une autre modification notable vient de la limitation à 5 secondes pour effectuer un changement de ligne. Ce chiffre semble relativement irréaliste s’il y a le moindre trafic sur la route. Dans le cas où les 5 secondes seraient atteintes, le véhicule abandonnera son changement de voie de circulation, rendant le pilotage automatique quasiment inutile. Enfin, le plus gros changement est un rappel émis toutes les 15 secondes afin que le conducteur remette ses mains sur le volant. Tesla a déjà promis que du lobbying serait fait pour changer les lois européennes. En attendant, le constructeur devra s’y conformer, repoussant d’autant la promesse d’Elon Musk d’offrir la conduite autonome avant la fin de l’année.

Source : CNET