Accueil » Test » [Test] Acer Swift 7 : l’ultramobilité à outrance

[Test] Acer Swift 7 : l’ultramobilité à outrance

Le nouvel ultrabook Swift 7 d’Acer est l’archétype de l’ordinateur ultraportable qui cherche à tout prix à se faire le plus petit possible. Le souci, c’est que certains facteurs, qui peuvent être vus comme des avantages par les uns, se transforment aussi en inconvénients pour d’autres. Tout est donc affaire de compromis et des habitudes […]

Image 2 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance
8/10

Acer Swift 7

1999,99€
On aime
  • Poids et dimensions réduits
  • Ecran de qualité
  • Bonne autonomie
On n’aime pas
  • Connectivité réduite
  • Performances limitées
  • Ecran brillant
  • Placement de la Webcam
Verdict :

Machine élégante et très légère, le Swift 7 intègre néanmoins un assez grand écran, qui s’avère performant (bien que brillant). Toutefois, à vouloir gagner quelques millimètres d’épaisseur ou sur les bords de l’écran, on se retrouve avec des conséquences qui peuvent déplaire à certains utilisateurs (sensation de fragilité, position de la Webcam, connectivité peu étoffée, etc.).

plus
Image 3 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance

Le nouvel ultrabook Swift 7 d’Acer est l’archétype de l’ordinateur ultraportable qui cherche à tout prix à se faire le plus petit possible. Le souci, c’est que certains facteurs, qui peuvent être vus comme des avantages par les uns, se transforment aussi en inconvénients pour d’autres. Tout est donc affaire de compromis et des habitudes de travail de chaque utilisateur.

>>> Comparatifs et tests des meilleurs PC portables 2019 par marque

Oui et non pour le format

Image 4 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance

Une chose est sûre : la machine bénéficie d’un format hyper compact (31,8 x 18 x 1 cm), avec en particulier un poids, rarement vu pour ce gabarit, de seulement 836 grammes. Du coup, le PC se manipule très facilement. Sa finesse extrême lui permet de  trouver sa place facilement dans un sac ou une mallette.

L’ultrabook est séduisant et sobre. Toutefois, on ne peut s’empêcher de ressentir également une sensation de fragilité. Alors bien sûr on ne va pas utiliser le Swift dans une mêlée de rugby ou l’utiliser dans des conditions périlleuses. Compte tenu de son prix, on peut imaginer qu’on va en prendre soin, le manipuler sans le brusquer et ne pas le tordre dans tous les sens sans raison.

La conséquence inévitable de cette compacité est bien connue et se vérifie encore une fois : la connectivité est réduite à seulement deux ports USB 3.1 de type C (qui ont l’avantage d’être compatibles Thunderbolt 3 et DisplayPort) et de servir pour la recharge de la batterie. Même le traditionnel lecteur de cartes mémoire n’est pas présent.

Image 5 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance

Pour compenser, Acer fournit un mini réplicateur de ports, qui apporte en cas de besoin un port USB type A et un connecteur HDMI supplémentaires. L’avantage de cette solution est qu’on peut conserver ce dernier un fond d’un sac tant qu’on n’en a pas besoin, en déplacement, et le connecter quand on s’installe à un bureau. Bon point, même l’adaptateur secteur est de taille très raisonnable.

Image 6 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance

Autre concession liée au format lilliputien : le son ! Le volume maximal est assez faible, pour regarder un film par exemple, et les deux haut-parleurs offrent une qualité audio très modeste. Port du casque obligatoire !

Oui et non pour l’écran et la qualité d’affichage

Image 7 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance

L’écran de 14 pouces du Swift 7 est Full HD (1920 x 1080 pixels) et possède des bords hyper fins (moins de 3 mm). Ce dernier point procure un design réussi et dans l’air du temps. Mais, du coup, le constructeur ne sait plus où placer la webcam. Si Dell a résolu le problème avec son dernier XPS 13, ce n’est pas le cas d’Acer manifestement…

Résultat, cette dernière a été placée sous une touche escamotable, dans le coin supérieur gauche du clavier. Petit souci, la Webcam filme donc de bas en haut, ce qui peut parfois se traduire par un visage placé très haut dans l’image, avec – cerise sur le gâteau – la main au premier plan.

Image 8 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance

Dans ce cas, il faut s’éloigner un peu du PC portable, ou baisser son piège (ou surélever la machine) pour que son visage soit bien centré, car bien sur le capteur est fixe (alors que quand la caméra est sur l’écran, on peut ajuster l’angle de ce dernier). Bien sur, ce détail est anecdotique si vous n’utilisez que très rarement la Webcam…

Image 9 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance

La qualité d’affichage s’avère excellente. La dalle LCD IPS tactile exploite un revêtement brillant, qui procure des couleurs particulièrement vives, avec de bons contrastes. Mais comme toujours, cela induit également un effet miroir, ce qui peut s’avérer gênant dans certaines situations, en fonction de l’endroit dans lequel on se trouve (en extérieur par exemple). Le Surface Laptop 2 de Microsoft « souffre » du même problème, alors que Dell et Asus ont opté pour des dalles mates pour leur XPS 13 et Zenbook.

Image 10 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance

En bonus, l’écran est tactile, ce qui peut faciliter certaines manipulations. D’autre part, ce dernier est protégé des rayures et autres petits chocs par un revêtement de type Corning Gorilla Glass.

Oui et non pour les performances

Le Swift 7 intègre un processeur Intel Core i7-8500Y (2 coeurs physiques cadencés à 1,5/4,2 GHz, avec un TPD de 5 Watts) qui est moins performant que la puce Core i7-8565U (4 coeurs à 1,6/3,4 GHz avec TPD de 15 Watts) du Zenbook ou du XPS 13. Mais est ce vraiment un problème pour utiliser des applications bureautiques dans le cadre d’une utilisation professionnelle ou personnelle légère ? Non, vraisemblablement.

En revanche, cette puce a l’avantage de consommer moins d’électricité, ce qui permet d’obtenir une autonomie plus élevée lors des tâches simples, comme la lecture d’une vidéo. L’autonomie que nous avons mesurée s’élève à environ 9 heures (en lecture vidéo, avec avec la luminosité au maximum et son des haut-parleurs), contre environ 6 h 15 min environ pour XPS 13. Celle-ci peut donc être plus élevée dans le cadre d’une utilisation bureautique légère (Internet, mail, etc.).

Enfin, le « petit » processeur du Swift 7 permet de maîtriser la montée en température, lors des longues séances de travail ou de divertissement, puisque la machine reste d’une tiédeur parfaitement tolérable. Pour le reste, la puce graphique Intel UHD 615 permet de répondre positivement aux besoins multimédia (vidéos par exemple), mais demeure très limité pour les jeux.

Oui et Non pour le duo clavier/pavé tactile

La machine est dotée d’un duo clavier / pavé tactile efficace. Les touches sont rétro éclairées (en blanc), mais pas en continu, puisque la lumière disparaît après quelques secondes d’inactivité. C’est plutôt avantageux pour économiser l’énergie, mais ce n’est pas très pratique pour retrouver ses marques quand on désire reprendre la frappe dans la pénombre (car il faut appuyer sur une touche au hasard pour rétablir l’éclairage).

Quant au pavé tactile, sa très (trop ?) grande taille n’apporte pas grand chose, et peut même causer des erreurs de manipulations lors de la frappe. Pour éviter cela, une touche permet de le désactiver. Précisons enfin que le bouton de démarrage (placé à côté de la Webcam escamotable) intègre un lecteur d’empreintes digitales, ce qui est toujours pratique.

Image 11 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance

Verdict globablement positif

Au final, si on voit que l’aspect de la mobilité, le Swift 7 mérite une note de 9/10, puisqu’il remplit parfaitement son contrat en offrant une légèreté extrême et une bonne endurance. Toutefois, si on prend en compte tous les petits points négatifs, souvent inévitables compte tenu du gabarit de la machine (puissance et connectivité réduites entre autres), une note de 7/10 s’impose. Une moyenne de 8/10 semble globalement plus juste.

Reste enfin, le prix demandé par Acer. Le Swift 7 est commercialisé à 2000 € chez la Fnac, avec 16 Go de mémoire et un SSD de 512 Go. La miniaturisation a un prix ! En comparaison, le très récent XPS 13 2-en-1 (écran tactile pivotant sur 360 degrés), avec les mêmes composants internes, est vendu 1749 €.

Image 12 : [Test] Acer Swift 7 : l'ultramobilité à outrance