Accueil » Test » [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?

[Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?

Image 2 : [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?
8/10
On aime
  • Ecran E-ink couleur, autonomie, design élégant, nombreuses applications, prix
On n’aime pas
  • Pas de suivi d'activité intégré, paramétrage complexe
Verdict :

La nouvelle montre de Pebble tire pleinement profit de son écran couleur en encre électronique. Elle bénéficie ainsi d’une autonomie allant de 4 à 7 jours, mais également de nombreuses fonctionnalités. Malheureusement, à l’usage, le paramétrage s’avère parfois un peu confus.

Lire le test

Après une première montre connectée lancée avec succès grâce à KickStarter en 2012, Pebble a réitéré l’opération avec la Time. Si ce nouveau modèle conserve l’écran E-ink qui a fait l’autonomie de la première smartwatch, celui-ci affiche désormais les couleurs. La Pebble Time se targue également d’un design plus classieux et garde son étanchéité, sa compatibilité Android et iOS et, surtout, ses nombreuses applications ? Mais que vaut-elle réellement à l’usage et se démarque-telle vraiment des montres concurrentes des grandes marques ? La rédaction de Tom’s Guide l’a testée pour vous.

Retrouvez notre comparatif des meilleures montres connectées

Image 3 : [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?La montre connectée Pebble Time

5 raisons de craquer (ou pas) pour la Pebble Time

1 – Oui, pour son écran E-ink en couleur

Image 4 : [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?Même éteint, l’écran couleur E-ink affiche toujours les informationsC’est la principale nouveauté de la Pebble Time par rapport au premier modèle : la présence d’un écran en couleur. La première montre Pebble était en effet équipée d’un écran à encre électronique classique, c’est-à-dire noir et blanc. Si la technologie permettait d’avoir un affichage constant ainsi qu’une grande autonomie, elle commençait tout de même à faire pâle figure face aux écrans colorés des montres de Samsung, Motorola, LG et même Apple. C’est pourquoi la Pebble Time propose cette fois un écran E-ink permettant d’afficher 64 couleurs différentes, avec la même définition de 144 pixels par 168. À l’usage, l’écran s’avère assez confortable. Le rétroéclairage s’éteint automatiquement au bout d’un certain nombre de secondes, défini dans les paramètres, pour économiser la batterie. L’affichage reste alors parfaitement visible en plein jour. Pour le rallumer, il suffit de secouer le poignet ou d’appuyer sur le bouton retour, à gauche de la montre.

L’autonomie est justement le principal point fort de la Pebble Time par rapport à ses concurrents. Là où l’Apple Watch, la G Watch R ou la Moto 360 ne tiennent qu’un jour ou deux au maximum, Pebble annonce une autonomie jusqu’à une semaine pour la Time. Bien évidemment, il ne s’agit que d’une estimation, mais au cours de nos tests, nous avons réussi à utiliser la montre connectée durant quatre jours de façon intense. Une performance qui tient donc à la batterie de 150 mAh, mais surtout à l’écran E-Ink, économe en énergie.

2 – Oui pour les nombreuses applications

Depuis la première smartwatch sortie en 2012, Pebble a su attirer les développeurs tiers, notamment grâce à son magasin d’applications et de cadrans intégrés à l’application Pebble. Pour la Pebble Time, les applications tierces sont encore au rendez-vous.

Lire le test de la première smartwatch Pebble

Rien de plus frustrant que d’avoir une montre connectée et de ne s’en servir que pour recevoir des notifications. Heureusement, de nombreux développeurs travaillent sur les montres Pebble pour proposer leurs applications. La Pebble Time permet ainsi de télécharger et d’installer les mêmes applications que la première version. Les anciennes applications sont ainsi affichées en noir et blanc. Il est également possible d’installer de nouvelles applications en couleur qui apparaissent avec un picto de couleur dans la boutique de l’application Pebble Time. Pour trouver des applications à installer, il suffit d’ouvrir l’application Pebble Time sur votre smartphone Android ou votre iPhone, puis d’accéder aux rubriques « get apps » (obtenir des applications) ou « get watchfaces » (obtenir des cadrans).

Image 5 : [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?Les applications de la Pebble Time peuvent être installées à partir de l’application smartphone

Parmi les différentes applications disponibles, vous pourrez ainsi installer des jeux contrôlés à l’aide des quatre boutons de la montre, mais aussi des applications de suivi d’activité, des télécommandes, des applications de transport en commun ou des cadrans pour votre montre. Ces cadrans peuvent afficher des formes, des couleurs et des informations toutes très différentes les unes des autres. Certains peuvent ainsi donner la météo en plus de l’heure et la date, quand d’autres reproduisent des œuvres de Mondrian ou restent animés tout au long de la journée. Ces cadrans vous permettent ainsi de personnaliser profondément le look de la Pebble Time.

3 – Oui pour son design élégant

Image 6 : [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?La montre connectée Pebble Time

Avec la sortie de la Moto 360, puis de la LG G Watch R, de l’Asus ZenWatch ou de l’Apple Watch, la première Pebble avait fini par se faire distancer par la concurrence au niveau du design. Il faut dire qu’elle disposait d’une coque entièrement en plastique. Avec la Pebble Steel, sortie en 2014, la firme a donné un coup de jeune à son premier modèle avec une montre en métal. Un matériau repris pour la nouvelle Pebble Time.

Image 7 : [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?Les trois boutons de contrôle de droite permettent de naviguer dans les menusLa nouvelle montre connectée de Pebble propose en effet deux matériaux différents pour son boîtier. Si le dos est en plastique, la façade autour de l’écran est constituée d’acier inoxydable. Le boîtier arbore également un design plus carré et non plus tout en longueur comme la première Pebble Watch. On peut également noter la minceur de la montre avec 9,5 mm seulement, contre 1,04 cm pour l’Apple Watch ou 1,15 cm pour la Moto 360. Les griffes ne sont pas non plus un prolongement direct de la montre, mais en sortent, comme pour une montre classique. Enfin, si la Pebble Time est commercialisée avec un bracelet en silicone inclus de base, celui-ci peut très simplement être remplacé par un autre bracelet de 22 mm de largeur, en cuir ou en métal. La montre utilise en effet un système d’attache au format standard.

À noter également que, comme pour la première montre Pebble, la Pebble Time est disponible en version Steel. Une version qui ne change que le design avec un boîtier entièrement en acier inoxydable pour 50 euros supplémentaires.

4 – Oui et non pour son interface

Si l’interface de la Pebble Time est très simple d’utilisation, elle peut cependant décontenancer au premier abord. En effet, il vous faudra parfois naviguer sans aucune raison entre la montre et l’application Pebble Time sur smartphone pour configurer des services pourtant très proches.

Image 8 : [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?Les paramètres de la Pebble Time sont accessible en appuyant sur le bouton central

Pas d’écran tactile qui pourrait masquer la visibilité, la navigation au sein même de la Pebble Time se fait très simplement à l’aide de quatre boutons : un bouton retour sur la gauche, un bouton valider au milieu à droite et deux boutons pour monter et descendre dans les menus, également sur la droite du boîtier.

Lorsque la montre affiche le cadran, il suffit ainsi d’appuyer sur le bouton au milieu à droite pour accéder aux différentes applications disponibles, comme le chronomètre, le compte à rebours, les alarmes, la commande musicale, les notifications ou les différents cadrans. C’est également dans ce menu que l’on va retrouver les paramètres de la montre qui affichent notamment l’autonomie restante, l’intensité du vibreur. Depuis la montre, on peut ainsi modifier les paramètres de notification, sélectionner des applications qui seront lancées automatiquement avec les boutons hauts et bas, gérer l’affichage ou modifier le format de l’heure.

Image 9 : [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?Les notifications sont réglées depuis le smartphone et depuis la montre

Cependant, si la montre permet de régler plusieurs paramètres directement depuis le cadran, d’autres données doivent forcément être réglées depuis l’application sur smartphone. C’est en effet sur l’application que l’on pourra gérer si l’on souhaite recevoir des notifications d’applications tierces ou si l’on souhaite recevoir des SMS sur la montre. Oui, l’application smartphone comme la Pebble Time proposent toutes deux un menu « notifications » avec des paramètres différents.

Depuis l’application smartphone, on peut également configurer certaines applications installées sur la montre comme l’agenda, pour savoir lequel suivre, ou certains cadrans qui peuvent être personnalisés. Dans le cas des cadrans, ceux-ci peuvent également être modifiés depuis la montre.

C’est justement cette confusion entre les paramètres qui peuvent être modifiés depuis la montre ou uniquement via l’application smartphone qui a tendance à complexifier la navigation. En dehors de ce souci, l’interface de la Pebble Time est on ne peut plus simple et ne demande vraiment aucun apprentissage complexe.

5 – Non pour l’absence de suivi d’activité intégré

Contrairement à beaucoup de montres connectées, la Pebble Time n’intègre pas d’office de capteur d’activité. Si elle dispose bel et bien d’un accéléromètre pour mesurer le nombre de pas, aucune application ne vient directement les comptabiliser. Le choix est en fait laissé à l’utilisateur qui a la possibilité d’installer plusieurs applications de suivi d’activité, qu’elles soient développées par des acteurs connus dans le suivi d’activité ou non. On peut ainsi trouver des applications de running comme Runtastic ou Runkeeper, mais également des applications de fabricants de bracelets connectés comme l’application UP de Jawbone ou celle de Misfit.

Image 10 : [Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time et son écran couleur ?Dans les paramètres, l’option activité permet d’activer ou non le suivi de mouvement

Malheureusement, toutes ces applications ne gèrent pas le suivi de la même manière. Par exemple, l’application Misfit vient s’installer comme une application classique sur la montre. Si elle comptabilise effectivement le nombre de pas lorsqu’elle est activée dans les paramètres de la montre, il faudra passer par l’application pour en avoir un aperçu. Pour les possesseurs de bracelet Misfit, aucun lien n’est fait avec l’application pour smartphone. Seul le menu paramètres de l’application Pebble Time permet de se connecter via le site Web de Misfit pour retrouver un suivi au jour le jour.

Bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?

L’application UP de Jawbone quant à elle permet bien de se synchroniser avec l’application pour smartphones. Cependant, celle-ci ne gère pas le suivi du sommeil. Pour les utilisateurs d’appareils Android ou d’un bracelet Fitbit, le plus simple reste encore de passer par l’application Health Sync, qui se synchronise avec votre compte Fitbit ou Google Fit, au choix.

Dans tous les cas, aucun système n’est réellement satisfaisant. On aurait apprécié un suivi intégré directement dans la Pebble Time, sans devoir passer par une application tierce. Dommage également de ne pas retrouver toutes les données du suivi d’activité à partir de l’application Pebble Time pour smartphone.