Accueil » Test » [Test] Google Nexus 7 : que vaut la version 2013 ? » Page 2

[Test] Google Nexus 7 : que vaut la version 2013 ?

1 : On change tout, mais on ne touche surtout pas au nom 3 : Batterie et processeur : copains comme cochons 4 : Un système d'exploitation qui se peaufine avec le temps 5 : En conclusion : on achète, on n'achète pas?

Une ergonomie et une définition inégalées

Image 1 : [Test] Google Nexus 7 : que vaut la version 2013 ?

On ne s’en rend pas nécessaire compte au premier abord, mais la Nexus 7 édition « 2013 » évolue sensiblement sur le plan esthétique. Elle est tout d’abord plus légère, puisqu’elle ne pèse que 290 grammes contre 340 précédemment. En outre, elle est également plus fine de presque 2 mm. Des améliorations qui peuvent sembler mineures, mais qui confèrent à la tablette une prise en main encore plus évidente que l’ancienne version.
La façade arrière est quant à elle recouverte d’un revêtement noir mat, plutôt agréable au touché. Le logo Nexus voit sa position également changée : désormais, il est orienté en paysage au lieu du traditionnel portrait. Une indication sur la manière idéale de la tenir ? Certainement. Car c’était l’un des principaux reproches que l’on pouvait faire à Android lors de la sortie de la première édition de la Nexus 7 : à l’époque, il était impossible de changer l’inclinaison de l’écran d’Accueil, et il avait fallu attendre la version 4.1.2 d’Android (trois mois après) pour pouvoir profiter d’un écran d’accueil en mode paysage. La nouvelle tablette tournant sous Android 4.3, il n’y a plus lieu de s’inquiéter et le changement du logo à l’arrière de l’appareil en dit plus long qu’on ne le pense…

Prise et main et définition d’écran


C’est l’un des changements intéressants par rapport à la précédente version. D’une part le système permet de profiter d’Android en paysage, mais la tenue en main dans cette position est tout simplement excellente. Cela s’explique par le format 16/10 de l’écran, qui tranche avec le 4/3 de l’iPad Mini. Certes, les habitués trouveront que l’afficheur de la Nexus 7 est trop « étroit », mais les avantages sont multiples, à commencer par la lecture vidéo, bien évidemment.
Et puisqu’il est question de l’écran, celui-ci fait partie des points majeurs de cette nouvelle tablette. Asus fait toujours appel à la technologie IPS, mais la définition prend un sérieux coup de boost ! Exit les 1280 x 800 pixels, cette nouvelle Nexus 7 peut se targuer de sa définition supérieure Full HD, soit 1920 x 1200 pixels (ou 1824 x 1200 pixels en fonction de l’affichage des boutons de contrôle). Autant dire que la résolution en profite très largement puisque la diagonale reste de 7 pouces et profite d’une précision de 320 ppp (pixels par pouce). Il s’agit d’une valeur record pour une tablette de cette taille et cela s’apprécie dans la netteté sans reproche de l’affichage, les caractères ne laissent apparaitre aucun pixel. Enfin, le capteur photo a lui également profité d’une petite avancée, mais nous y reviendrons ultérieurement.

Image 2 : [Test] Google Nexus 7 : que vaut la version 2013 ?Photo prise à l’aide de la Nexus 7.

Et l’audio, dans tout ça ?

À chaque extrémité verticale de la tablette (au dos) se trouvent des haut-parleurs. Cette disposition rappelle le choix de HTC sur le One et parvient à créer un effet stéréo surprenant et agréable. Ne vous attendez pas à vibrer au rythme des basses, mais l’installation signée de l’inventeur même du MP3, Fraunhofer, a le mérite d’être supérieur à la moyenne. C’est déjà pas si mal, surtout pour le prix.

VerdictComme pour la version précédente, la finition de l’appareil est impeccable. D’entrée de jeu, la définition de 1920 x 1200 pixels en fait l’un des meilleurs produits 7″ de la gamme. En revanche, un (vraiment tout petit) bémol : le bouton de mise sous tension manque d’ergonomie. Il est mal placé, car légèrement en dessous de la tablette.

Sommaire :

  1. On change tout, mais on ne touche surtout pas au nom
  2. Une ergonomie et une définition inégalées
  3. Batterie et processeur : copains comme cochons
  4. Un système d'exploitation qui se peaufine avec le temps
  5. En conclusion : on achète, on n'achète pas?