Accueil » Test » [Test] La multiprise connectée de D-Link fait-elle des étincelles ?

[Test] La multiprise connectée de D-Link fait-elle des étincelles ?

La DSP-W245, signée D-Link, est un smart multi plug. C’est-à-dire une multiprise « intelligente » et connectée en Wifi, qui permet, entre autres, de piloter le fonctionnement de quatre appareils électriques et de surveiller leur consommation énergétique.

Image 2 : [Test] La multiprise connectée de D-Link fait-elle des étincelles ?
5/10

D-Link DSP-W245

139,95€ > LDLC
On aime
  • La finition de qualité
  • Les protections contre les surtensions et la surchauffe
  • Le suivi de consommation électrique
On n’aime pas
  • Quatre prises seulement
  • L'application mobile déroutante
Verdict :

Si l’aspect matériel de cette multiprise est assez convaincant, l’aspect logiciel se révèle hélas décevant, par la faute d’une interface trop imparfaite. On attend mieux à ce prix et une mise à jour est à espérer.

plus

Non, faute d’une cinquième prise électrique

Avec ses 35 centimètres de long et son poids de 830 grammes, cette multiprise accuse un certain gabarit. Pourtant, elle ne comporte que quatre prises électriques. Un peu chiche pour brancher – par exemple – tous les équipements audiovisuels occupant un salon, dont le nombre enfle d’année en année. Une prise supplémentaire n’aurait pas été de trop.

>>> Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Image 3 : [Test] La multiprise connectée de D-Link fait-elle des étincelles ?

Oui,  pour ses fonctions intéressantes

La multiprise DSP-W245 est capable de fonctionner telle quelle, sans liaison Internet. Elle s’apparente alors à une multiprise classique, dotée d’une belle finition. Les prises, inclinées à 45° et assez espacées, délivrent une puissance totale de 3680 watts/16 ampères. Viennent en supplément des protections contre les surtensions et la surchauffe, grâce à un capteur thermique. Ce qui peut avoir son utilité quand on oublie de débrancher le fer à repasser…

Les possibilités sont toutefois bien supérieures une fois réalisée la liaison au réseau Wifi domestique, une opération qui peut s’effectuer via WPS (Wifi Protected Setup). L’application mobile de D-Link donne alors accès aux statistiques de consommation électrique des appareils branchés sur chacune des quatre prises et à la programmation de leur mise en route ou de leur extinction automatique en fonction du calendrier. Les notifications «push» sont également appréciables et surviennent en cas de dépassement d’une limite de consommation, laquelle est réglable. Plutôt complet, du moins en théorie…

Image 4 : [Test] La multiprise connectée de D-Link fait-elle des étincelles ?

Non, à cause de l’application brouillonne

Les équipes de D-Link ont entrepris récemment de développer une deuxième application mobile dédiée à leur écosystème de produits, qui cohabite avec la première. Ce qui donne lieu à une première confusion au moment d’installer la DSP-W245. Ensuite, si l’interface se veut plus conviviale, elle est surtout déroutante, en particulier la roue de sélection qui conduit souvent à des choix erronés.

L’histogramme des consommations manque par ailleurs de lisibilité et s’accompagne d’une terminologie parfois grotesque («lourd», pour ce qui correspond à un pic de consommation). De même, la fonction de programmation est obscure et la représentation graphique de l’horloge, curieusement inversée, ne permet pas de fixer précisément des créneaux horaires. Quand D-Link va-t-elle recruter un ergonome ?

Image 5 : [Test] La multiprise connectée de D-Link fait-elle des étincelles ?

Oui, pour l’interopérabilité avec la maison connectée

La DPS-W245 communique avec d’autres produits D-Link à vocation domotique (caméra, détecteur de mouvement, etc.), et aussi avec le service IFTTT et les assistants vocaux de Google et Amazon. Notre test avec l’assistant vocal de Google a été concluant : il est possible de commander à la voix l’arrêt ou la mise en service de chaque prise électrique et donc de l’appareil raccordé. Plusieurs cas d’usage étant envisageables, c’est à chacun de trouver le sien selon ses besoins.

>>> Caméra de surveillance IP : quelle est la meilleure