Accueil » Test » Test Lenovo Yoga (IdeaPad) Slim 7 : un ultraportable puissant avec 15h d’autonomie réelle !

Test Lenovo Yoga (IdeaPad) Slim 7 : un ultraportable puissant avec 15h d’autonomie réelle !

x

Image 2 : Test Lenovo Yoga (IdeaPad) Slim 7 : un ultraportable puissant avec 15h d'autonomie réelle !
8/10
Image 3 : Test Lenovo Yoga (IdeaPad) Slim 7 : un ultraportable puissant avec 15h d'autonomie réelle !

Lenovo Yoga (IdeaPad) Slim 7 (Ryzen 7 4700U – 16Go – 1To)

1199.99 € > Darty
On aime
  • La conception robuste
  • La webcam et le lecteur de cartes integrés
  • Les performances
On n’aime pas
  • Pas de Thunderbolt
  • La RAM soudée
  • L'écran brillant, non tactile

Un ultrabook à la fois abordable, puissant et doté d’une bonne autonomie : avec son Yoga Slim 7, Lenovo nous promet le tiercé gagnant. Il faut dire que sur le papier, cet ordinateur portable a tout pour plaire : un écran 14 pouces Full HD IPS, un processeur Ryzen 7 4800U, de la mémoire LPDDR4X-4266 et un SSD M.2 NVMe, le tout avec des dimensions particulièrement compactes et un poids contenu, pour un tarif plutôt intéressant. Promesses tenues ?

Asus ROG Strix SCAR 15
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Pour son Yoga Slim 7, Lenovo a donc choisi d’intégrer un Ryzen 7 4800U, un processeur affichant un TDP de seulement 15 watts, et un cTDP de 25 watts. C’est sensiblement moins que celui des CPU Ryzen 4000 « H » qui équipe d’autres modèles d’ordinateurs portables (avec un TDP de 35 à 54 watts selon les modèles), mais cette faible consommation permet d’améliorer significativement l’autonomie du notebook. Les performances CPU restent par ailleurs raisonnables pour un ultrabook, comme nous le verront plus loin.

Asus ROG Strix SCAR 15
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

La partie graphique est confié à la RX Vega 8 intégrée au processeur. À ses côtés, on trouve un SSD NVMe 1.3 de 512 Go fabriqué par SK Hynix et 16 Go de mémoire LPDDR4-4266 en dual-channel, hélas directement soudée à la carte mère. Côté affichage, Lenovo utilise une dalle IPS de 14 pouces au format 16:9, capable d’afficher du Full HD.

Comparatifs et tests des meilleurs PC portables 2020 par marque

Un design agréable, tout en finesse

Avec ses dimensions de 321 x 208 x 14,9 mm, le Lenovo Yoga Slim 7 porte plutôt bien son nom : en plus d’être assez plutôt pour un 14 pouces, il est également assez fin. Cerise sur le gâteau, il ne pèse que 1,4 kg sur la balance, ce qui reste raisonnable compte tenu de la batterie 4 cellules intégrée. D’une conception robuste, il est doté d’un châssis en aluminium confirmant son positionnement premium dans la gamme du constructeur.

Asus ROG Strix SCAR 15
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Bien entendu, point de RGB ou de fioritures inutiles ici : le Lenovo Yoga Slim 7 vise la sobriété et l’efficacité.

Le design du Strix SCAR 15 est globalement agréable, pourvu que l’on apprécie le RGB. Le logo à l’arrière de l’écran est lumineux, tout comme le contour inférieur du châssis. Ces deux parties RGB sont bien entendu personnalisables via l’application Aura Sync d’Asus, intégrée à la suite logicielle Armoury Crate directement accessible grâce à une touche du clavier. Il sera même possible de les éteindre totalement, ce qu’ils font d’ailleurs déjà tout seul au bout de quelques minutes d’inactivité.

Asus ROG Strix SCAR 15
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Le clavier chiclet est composé de touches rétro-éclairées individuellement. Le paramétrage du rétroéclairage s’effectue lui aussi via le module Aura Sync du logiciel Armoury Crate, ou bien grâce à deux touches du clavier. Bonne nouvelle pour les joueurs, le clavier est de type n-key rollover, éliminant les risques de ghosting. Le pavé tactile est de son côté d’une taille classique pour ce type de produit gaming, et on retrouve la fonctionnalité qui permet de le « transformer » en pavé numérique d’appoint.

ROG Strix SCAR 15 : une dalle à 300 Hz et 3 ms

Au niveau de l’écran, deux options sont disponibles sur le Strix SCAR 15 : la première avec une dalle IPS affichant une fréquence de rafraichissement de 240 Hz, une seconde avec une dalle IPS à 300 Hz fabriquée par AUO (AUOBC8C / B156HAN12.0). Dans les deux cas, la définition atteint 1920 x 1080 pixels (Full HD) et le temps réponse n’est que de 3 ms. C’est cette deuxième version que nous avons testé, et c’est d’ailleurs la même dalle que l’on retrouve sur le ROG Zephyrus Duo. Toutefois, contrairement au Zephyrus Duo, le Strix SCAR 15 ne bénéficie pas d’une certification Pantone.

Asus ROG Strix SCAR 15
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Nous avons mesuré grâce à notre sonde Datacolor Spyder 5 Elite (connue pour être « exigeante ») un gamut couvrant 99% de l’espace colorimétrique sRVB, une luminosité maximale de 292 cd/m² et un taux de contraste de 950:1. Ces valeurs sont suffisantes en intérieur, voire même en extérieur grâce au revêtement mat de la dalle. Le point blanc est mesuré à 7700K et le Delta-E moyen n’est que de 1.38 : l’écran semble donc plutôt bien calibré d’usine.

Un châssis bien conçu et un système de refroidissement adapté

De nombreuses grilles de ventilation sont présentes sous le châssis du ROG Strix SCAR 15, afin d’optimiser la circulation d’air et donc la dissipation thermique. L’air chaud est expulsé à l’arrière et sur le côté droit du notebook. Au repos, s’il se montre totalement inaudible en mode silencieux, il n’est l’est plus dès que l’on active le mode performances, avec des nuisances sonores qui restent toutefois très faibles (31,2 dB(A)). Au contraire, le mode Turbo augmente significativement la vitesse de rotation des ventilateurs, et le bruit par la même occasion puisqu’on atteint alors 35,6 dB(A), toujours au repos.

En charge, après 30 minutes de jeu sous The Witcher 3, les nuisances sonores augmentent fort logiquement. En mode silencieux, on atteint alors 36,2 dB(A), ce qui reste très discret, contre 45,4 dB(A) en mode Performances, ce qui commence alors à devenir bruyant sans non plus être insupportable. En mode Turbo, les ventilateurs montent à 6500 tours par minute et les nuisances sonores s’envolent : on atteint 49,8 dB(A), ce qui devient franchement gênant. Le bon côté, c’est que ce système de refroidissement efficace parvient à maintenir le châssis à une température raisonnable : à peine tiède, même en mode Turbo, il est tout à faut possible de le garder sur les genoux dans ces conditions.

Asus ROG Strix SCAR 15
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Le processeur (à droite sur la photo), le GPU et sa VRAM (à gauche, sous le système de refroidissement) sont soudés à la carte mère. En revanche, les deux SSD sont au format M.2, et un troisième emplacement M.2 vide pourra accueillir un autre SSD en cas de besoin. Côté mémoire, les deux ports SO-DIMM sont occupés par les deux barrettes de 8 Go : si vous souhaitez augmenter cette capacité (jusqu’à 32 Go), il faudra donc remplacer les barrettes de DDR4. Le contrôleur WiFi/Bluetooth, placé sous l’un des deux SSD, est lui aussi sous la forme d’une carte d’extension.

Connectique, audio et réseau

Asus ROG Strix SCAR 15
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini
Asus ROG Strix SCAR 15
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

Le ROG Strix SCAR 15 possède bien entendu toute la connectique indispensable sur ce type de produit, à l’exception peut-être d’un lecteur de cartes mémoires. On trouve ainsi trois ports USB 3.2 Gen1 (Type-A) et un port USB 3.2 Gen2 Type-C, également compatible DisplayPort 1.4.

Asus ROG Strix SCAR 15
Crédit : GalaxieMedia / Yannick Guerrini

A gauche, en plus des trois ports USB Type-A, on trouve le connecteur audio (combo micro-casque). Le port pour la clé NFC KeyStone II (vendue avec la machine) se situe de l’autre côté : liée à un compte Asus, elle permet de sécuriser son installation Windows ainsi que l’accès à ses jeux en (dé)bloquant l’accès à la partition de stockage cachée Shadow Drive, mais également d’appliquer des effets de lumière ou des réglages prédéfinis.

A l’arrière, aux côtés du port USB Type-C, une sortie HDMI 2.0b et un port Ethernet Gigabit complètent le tout. Côté contrôleurs, outre l’Ethernet Gigabit géré par une puce Realtek, ce notebook bénéficie du Bluetooth 5.0 et du WiFi 6 (Intel AX201) en configuration 2×2. La partie audio est confiée à deux haut-parleurs de 4,2 watts. Un microphone est enfin présent en façade, sous l’écran.

Realtek 8111E, Realtek ALC701, Intel AX200 WiFi 6 (160 MHz), Intel Bluetooth

Lenovo LEN889A (AUO B140HAN06.8)

D’excellentes performances

Le ROG Strix SCAR 15 est livré avec le logiciel Armoury Crate d’Asus, ce dernier permettant entre autres de définir différents niveaux de performances (Silencieux, Performances et Turbo), en plus du mode classique de gestion de l’énergie de Windows. En pratique, ces réglages jouent sur les limites de consommation d’énergie du processeur (PL1 et PL2) et sur les fréquences du GPU et de la VRAM, afin de moduler la consommation d’énergie, et donc les nuisances sonores et les performances.

ModeSilencieuxPerformancesTurbo
CPU PL128-45 W75-90 W75-90 W
CPU PL290 W135 W135 W
GPU (Base)1140 MHz1140 MHz1240 MHz
GPU (Boost)1380 MHz1380 MHz1480 MHz
VRAM1750 MHz1750 MHz1788 MHz

Test : Alienware m15, nos remarques sur l’importance du cTDP du processeur

Performances bureautiques : PCMark 10 (Score global)

PCMark 10 offre une vision d'ensemble des performances du notebook dans des tâches bureautiques. Ce benchmark fait principalement appel au processeur, mais le GPU est également mis à profit lors des tests OpenCL.

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Performances 3D : 3DMark Time Spy

3DMark Time Spy permet de découvrir les performances 3D d'une configuration, et ici aussi le ROG Strix SCAR 15 impressionne. Il se place parmi les modèles les plus rapides équipés d'une configuration équivalente, et se paie même le luxe de dépasser le MSI GS66 Stealth 10SGS, embarquant pourtant un Core i9-10980HK et une RTX 2080 Super Max-Q. Même en mode silencieux, les performances du Strix SCAR 15 restent élevées. Le mode Turbo n'apporte en revanche qu'un très léger gain de performances, à la limite de la marge d'erreur du bench.

Performances en jeux (Full HD)

Nous avons utilisé pour ce test quatre jeux DirectX 12 et un jeu DirectX 11, testés en 1080p avec les réglages les plus élevés possibles. Nous avons toutefois désactivé les fonctionnalités propres à l’un ou l’autre des constructeurs de GPU du marché, tel que le HBAO+, afin d’éviter tout favoritisme. Le Vsync et, le cas échéant, la limitation d’IPS ont bien entendu eux aussi été désactivés.

Jeu Réglages
Ashes of the Singularity: EscalationExtreme, test GPU
Tom Clancy’s The DivisionUltra
Far Cry 5Ultra, Flou off
Rise of the Tomb RaiderVery High, SMAA, HBAO+ off
Civilization VIUltra/Ultra, MSAA 8x, test GPU

Avec les réglages sélectionnés, la RX Vega 8 intégrée au processeur de ce Lenovo Yoga Slim 7 est loin d'offrir des performances suffisantes pour proposer une expérience de jeu acceptable. Bien entendu, jouer sur un ultrabook avec de tels réglages graphiques n'est absolument pas pertinent, et nous ne lui en tiendrons donc pas rigueur. Il faudra obligatoirement diminuer très fortement les paramètres graphiques pour espérer atteindre un framerate suffisant en Full HD. A titre d'information, nous avons testé quelques jeu avec les paramètres graphiques les plus bas possibles, toujours en Full HD. Voici les résultats :

Un certain nombre de titre offrent un framerate moyen dépassant les 30 FPS et se montrent donc jouables en Full HD, ce qui est une assez bonne surprise. Bien entendu, on est loin des performances d'un notebook gaming mais encore une fois ce n'est pas l'objectif premier de ce Lenovo Yoga Slim 7. Mais il sera tout de même possible occasionnellement de se faire une petite partie de The Division 2 ou de Metro Exodus...

Yoga Slim 7 : une autonomie exceptionnelle

Terminons par l'autonomie de ce Strix SCAR 15, équipé d'une batterie de 66Wh. Elle atteint de manière agréablement surprenante 5h11 dans le test Batterie de PCMark 10 avec le réglage "silencieux" de gestion de l'énergie et la dalle réglée sur 60 Hz, ce qui est excellent pour un notebook gaming. En passant l'écran à 300 Hz, on tombe à 4h45 d'autonomie, ce qui reste très bon. Bien entendu, en jeu l'autonomie va être sensiblement moins élevée, mais elle reste largement suffisante pour travailler de manière nomade, voire pour regarder quelques épisodes de votre série préférée lors d'un long trajet.