[Test phablette] Huawei Ascend Mate 7 : un bon compromis

1 : Huawei se donne les moyens de ses prétentions 2 : Un design de toute beauté 4 : EMUI 3 : Android sauce Huawei

Des performances suffisantes, mais décevantes

La fiche technique de l’Ascend Mate 7 est pour le moins alléchante. La dalle IPS 6 pouces protégée par la technologie Gorilla Glass 3 ne cède pas à la mode du Quad HD comme le G3 de LG et se limite au Full HD, soit 1920 x 1080. La densité de pixels s’établit à 367 ppp, une valeur qui garantie une finesse d’affichage confortable. Au moins la partie graphique ne sera pas trop mise à mal et nous verrons un peu plus loin que c’est lui rendre service.

[Test] LG G3 : plein les yeux !

La puce qui anime le téléphone est développée en interne et répond au nom de Kirin 925. Son processeur repose sur l’architecture big.LITTLE d’ARM, soit huit cœurs. Les quatre premiers, des Cortex A7 cadencés à 1,3 GHz réputés pour leur faible consommation d’énergie, s’occupent de faire fonctionner les tâches les moins gourmandes. Dès que des solides ressources sont requises, les quatre autres cœurs, de puissants Cortex A15 à 1,8 GHz, s’activent.

Du côté de la mémoire, 2 Go de RAM sont intégrés et 16 Go sont disponibles pour le stockage interne tandis qu’un port microSD permet d’étendre cette capacité. Enfin, une puce graphique Mali T628 accompagne l’ensemble.

Les gamers vont être frustrés

Dans les faits, cette configuration fait parfaitement l’affaire dans un usage quotidien. Le multitâche ne pose pas le moindre souci, la fluidité est garantie dans le système et les applications. Mais dès que l’on envisage de jouer, les choses se compliquent. Comme l’illustrent les benchmarks, la puce graphique est à la traîne pour assurer dans les jeux les plus gourmands et les performances se retrouvent loin derrière les ténors du moment. Difficile de ne pas être déçu, tant profiter des derniers titres sur un écran si grand aurait été agréable.





Équipementier 4G oblige, Huawei se devait de bien lotir le Mate 7. C’est chose faite, avec deux antennes placées à chaque extrémité de l’appareil afin de garantir une qualité de réception optimale. Surtout, l’Ascend Mate 7 dispose d’une puce radio compatible avec la plus récente génération de réseau mobile, la 4G cat.6, soit un téléchargement jusqu’à 300 Mbit/s.

Malgré une finesse étonnante, Huawei est parvenu à intégrer une batterie de 4 100 mAh, là où Samsung se limite à 3 220 mAh sur le Galaxy Note 4, pourtant plus épais (8,5 mm contre 7,9 mm). Autant dire qu’avec un tel équipement, l’autonomie dépasse sans le moindre souci les deux jours d’utilisation, sans avoir à se retreindre sur son usage. Pour ceux qui voudraient aller plus loin, un mode spécifique d’économie d’énergie permet d’améliorer encore l’autonomie, à condition de se contenter des fonctions les plus basiques : téléphoner et envoyer des SMS.

Verdict : Les performances de l’Ascend Mate 7 sont suffisantes pour un usage quotidien et ne viendront pas s’essouffler dans les moments les plus intenses. Pour autant, les joueurs seront déçus face à une puce graphique trop faible. Quel dommage, surtout compte tenu de l’imposant écran de 6 pouces !

Sommaire :

  1. Huawei se donne les moyens de ses prétentions
  2. Un design de toute beauté
  3. Des performances suffisantes, mais décevantes
  4. EMUI 3 : Android sauce Huawei