Accueil » Test » [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

[Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

1 : Galaxy Note Retribution 2 : Un design qui régresse 4 : Un capteur photo de qualité 5 : Quid de la Galaxy Gear ? 6 : La surcouche Samsung n’évolue presque pas 7 : La meilleure phablette du marché, presque sans gloire

Des performances de haut niveau, à relativiser

Image 1 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?5,7 pouces, c’est une taille plus que confortable. Il y a eu du chemin depuis les 5,3 pouces du premier Note et à chaque nouvel écran, l’œil de l’utilisateur s’adapte et le retour arrière est systématiquement difficile. Le Galaxy Note 3 est encore plus marquant : sa dalle AMOLED réussi à toujours mieux maitriser les couleurs malgré une technologie qui a plus tendance à flatter qu’à être fidèle. Mais c’est surtout la définition Full HD qui fini d’achever la rétine. Certes, nous commençons à être coutumiers des affichages 1080p. Mais force est de reconnaitre qu’une résolution de 397 ppp sur un écran de 5,7 pouces, la différence avec les 267 ppp du Note 2 saute aux yeux.

L’écran du Note 3 exploite une matrice dite Pentile, dont nous avons à de nombreuses reprises détaillé le fonctionnement : contrairement au classique RGBG (Rouge, vert, bleu et vert), chaque pixel n’est pas composé de trois sous-pixels (rouge, vert, bleu), mais de seulement deux. La méthode favorise par conséquent le vert, auquel l’œil humain est plus sensible. Ceci explique le côté « éclatant » de ces écrans, tandis que la consommation en profite puisque moins d’éléments sont à alimenter.

Ce qui est surprenant, c’est que le Note 2 lui, faisait justement l’impasse dessus. À raison d’après nous, puisque malgré ses avantages en terme d’énergie, la fidélité des couleurs en pâtit sérieusement. Samsung propose des solutions telles que différents profils colorimétriques permettant de se rapproche plus ou moins, selon les réglage, de la réalité. Dans les faits, seul le mode « Vidéo » parvient à donner un résultat convainquant, bien que l’on reste encore loin de ce qu’offre une bonne dalle IPS. A contrario, la profondeur des noirs est toujours sans égale.

Snapdragon, le don d’ubiquité

Qualcomm est dans tous les téléphones haut de gamme. Le Note 3 ne fait pas exception et reçoit un Snapdragon 800, quatre cœurs cadencés à 2,3 GHz. Pour la première fois sur un terminal Android, 3 Go de mémoire vive sont implantés. Déjà qu’avec 2 Go, il est difficile de mettre en péril la fluidité d’un appareil, mais avec une telle quantité, autant dire que vous êtes tranquilles pour un moment !

Dans ces conditions, l’expérience de navigation est sans reproche. Les différents benchmarks reflètent également cet état de fait, bien qu’il soit nécessaire de nuancer les résultats. Nous en parlions il y a de cela quelques semaines, Samsung triche largement dans ces exercices. Certes il n’est pas le seul, mais nous l’allons pas passer l’éponge pour autant, surtout que le Galaxy Note 3 est probablement le plus mauvais élève du lot.

Image 2 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?
Image 3 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

Image 4 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

Image 5 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

Image 6 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?
Image 7 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

Bizarrement, ce n’est pas pour autant que le Galaxy Note 3 arrive en tête de notre classement. Le Sony Xperia Z1, testé dernièrement, obtient de meilleurs résultats dans 3DMark et GeekBench 3.0. Les scores de GFX Benchmark se sont révélés relativement équivalents à ceux de son concurrent. Peut-on en déduire que ces outils ont depuis été mis à jour pour passer outre les optimisations de Samsung ? Ou serait-ce les bidouillages qui ont été retirées du logiciel ? Difficile de savoir.

Image 8 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?Enfin, en bon mobile haut de gamme, le Galaxy Note 3 est bien sûr compatible 4G. Si l’on s’inquiète de la quantité de Fair use nécessaire lorsque l’on télécharge à toute vitesse, la mémoire interne du téléphone ne prête pas au doute : en plus des 32 Go intégrés, un port microSD placé sous le capot arrière permet de décupler ses possibilités.

VerdictSans surprise, le Galaxy Note 3 vient rejoindre le peloton de tête des appareils sous Android en terme de puissance. Ceci, grâce à un processeur surpuissant, 3 Go de mémoire, mais malheureusement à des optimisations diverses et variées afin d’augmenter les scores des différents logiciels de test. Une pratique aussi ridicule qu’inutile, qui ne sert certainement pas l’utilisateur.

Sommaire :

  1. Galaxy Note Retribution
  2. Un design qui régresse
  3. Des performances de haut niveau, à relativiser
  4. Un capteur photo de qualité
  5. Quid de la Galaxy Gear ?
  6. La surcouche Samsung n’évolue presque pas
  7. La meilleure phablette du marché, presque sans gloire