Accueil » Test » [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

[Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

1 : Galaxy Note Retribution 2 : Un design qui régresse 3 : Des performances de haut niveau, à relativiser 4 : Un capteur photo de qualité 6 : La surcouche Samsung n’évolue presque pas 7 : La meilleure phablette du marché, presque sans gloire

Quid de la Galaxy Gear ?

Image 1 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?Le moins que l’on puisse dire de la Galaxy Gear, c’est qu’elle était attendue. La montre connectée de Samsung a toutefois vite calmé les ardeurs des amateurs, le constructeur annonçant une compatibilité limitée au Galaxy Note 3 et à la tablette Galaxy Tab 10.1 Edition 2014. Il est prévu que le Galaxy Note 2 et que les Galaxy S3 et S4 soient prochainement supportés, suite à une mise à jour vers Android 4.3 Ce n’est pour l’instant pas le cas, et puisque nous avons un Galaxy Note 3 sous la main, autant en profiter pour jeter un coup d’œil à la réponse de Samsung à la SmartWatch de Sony.

Image 2 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?Visuellement, la Gear est sans prétention. Son boitier aux finitions type aluminium brossé est fixé par quatre vis apparentes et son bracelet en caoutchouc ne respire pas non plus le raffinement. L’écran AMOLED couleur de 1,63 pouce est tactile et carré, affichant une résolution de 320 x 320 pixels et protégé de la même manière qu’un smartphone ou une tablette : par la technologie Gorilla Glass 3. En fait, la Gear semble parfaitement adaptée à ceux qui ne porte pas beaucoup d’attention à leurs poignets, ne cherchant pas spécialement quelque chose de beau, tout juste éviter que ce soit moche. Seulement, à 299 € et limité à quelques appareils, le travail esthétique aurait pu être un peu plus poussé.

Pléthore de fonctionnalités

Sur le plan des fonctionnalités, la Gear répond à ce que propose la concurrence : les notifications du téléphone sont déportées, différents « watch faces » sont sélectionnables… Mais là où la Gear tire son épingle du jeu, c’est en intégrants différents éléments encore inédits sur un tel objet. Cela commence par un capteur photo 1,9 mégapixel placé directement sur le bracelet. Le positionnement est judicieux, seulement l’intérêt est limité, car la discrétion de son emplacement est sabotée par un bruit de déclenchement impossible à désactiver.

Image 3 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

Ensuite, un podomètre est de la partie, venant concurrencer les bracelets connectés…  Du moins, sur le papier. Car pour réellement surpasser ce type de gadget, il eu été réfléchi d’implanter une puce GPS, comme le font les montres de running signées Garmin par exemple.

Trop peu d’applications

Image 4 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?La montre fonctionne sous Android, cela est d’ailleurs assez flagrant dans les paramètres. Par conséquent, il est possible d’installer des applications, mais uniquement par le biais du « Gear Manager » installée sur le téléphone. Le magasin Samsung n’est pas encore fourni en logiciels intéressants. En réalité, le seul moyen de rendre un tant soit peu amusante la Gear est de recourir à un bidouillage, permettant de pousser des applications issues du Play Store directement sur la mémoire interne.

Toutes ne sont pas compatibles, mais ceux qui aiment mettre les mains dans le cambouis pourront déjà tirer un peu plus partie des possibilités offertes par le processeur simple cœur cadencé à 800 MHz et les 512 Mo de RAM. Attention toutefois : le stockage interne ne dépasse pas les 4 Go ! Sans cela, la Gear est aussi dépendante d’un téléphone que l’est une Pebble Watch.

Image 5 : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?Enfin, si vous pensiez que la plus grosse honte lorsque l’on téléphone revient à l’antique Ngage ou aux phablettes atteignant jusqu’à 7 pouces, détrompez-vous. Il y a pire ! Le Galaxy Gear offre la possibilité de passer des appels grâce à un micro placé sur la montre et un haut-parleur dans la boucle. Le résultat est… bref, vous imaginez très bien. Désolé de vous contredire Samsung, mais ce geste est tout sauf naturel, contrairement à ce que vous annonciez lors de la conférence pendant l’IFA, sinon pour les amateurs de Star Trek ou K2000.

VerdictLa Gear semble avoir été conçue dans la précipitation, pour sortir avant une certaine iWatch. Ses fonctions sont pléthoriques — appareil photo, podomètre ou encore appels — mais souvent incomplètes — pas de GPS pour les activités running, possibilité de voir les notifications, mais pas toujours de les lire —. Au final, on ressent beaucoup de frustration, d’autant plus que le design est finalement passe-partout et peut se glisser sans problème au poignet de ceux qui n’ont pas pour habitude de porter des montres.

Sommaire :

  1. Galaxy Note Retribution
  2. Un design qui régresse
  3. Des performances de haut niveau, à relativiser
  4. Un capteur photo de qualité
  5. Quid de la Galaxy Gear ?
  6. La surcouche Samsung n’évolue presque pas
  7. La meilleure phablette du marché, presque sans gloire