Accueil » Test » [Test] Tablette Surface Pro : l’avenir du PC ?

[Test] Tablette Surface Pro : l’avenir du PC ?

2 : Prise en main et intérêt du stylet 3 : Deux tablettes, deux architectures 4 : Applications, multimédia et jeux : que peut-on espérer ? 5 : Une autonomie un peu juste pour une tablette, mais correcte pour un ultrabook 6 : La grande question de la capacité du SSD 7 : En conclusion : on achète ou pas ? 8 : Tableau récapitulatif : Surface Pro et Surface RT

A mi-chemin entre la tablette et l’ultrabook

Image 1 : [Test] Tablette Surface Pro : l'avenir du PC ?

Très attendue des férus de produits high-tech, la tablette Surface Pro de Microsoft a tout pour séduire, sur le papier du moins. Un écran tactile 10 points et un stylet qui réagit à la pression, un processeur Core i5 3317U cadencé à 1,70 GHz, 4 Go de RAM et 64 ou 128 Mo de SSD, une définition atteignant les 1920 x 1080 pixels et Windows 8 Pro (64 bits) en guise de système d’exploitation… Bref, la nouvelle machine de Microsoft lorgne clairement du côté des ultrabooks, tout en se démarquant de ce marché, puisque c’est une « tablette » avant tout. Mais cela suffira-t-il à revigorer un marché du PC moribond ? Voilà plus de deux semaines que nous avons reçu le nouvel appareil de Microsoft. Le temps de le tester complètement, de lui faire subir quelques benchmarks, mais surtout de nous faire la main avec ce produit d’un genre nouveau.

Premières impressions, premières différences

Impossible de ne pas faire un parallèle entre la Surface Pro et la Surface RT, que nous avions testée en novembre dernier. D’un point de vue esthétique et logistique néanmoins, Microsoft fait le grand écart, puisque l’épaisseur et le poids de la tablette diffèrent largement : la Surface RT pesait moins de 680 grammes (sans le clavier), alors que la Surface Pro fait près de 1 kg. En outre, si la largeur et la longueur ne varient pas, la Surface Pro se révèle plus épaisse. On passe en effet de 9,3 mm (pour la RT) à 13,5 mm (pour la Pro). En conséquence, la tablette se révèle plus imposante et il est plus difficile de l’utiliser dans le lit, par exemple. Là où Surface RT entrait en concurrence directe par son poids et son épaisseur avec un iPad ou une Nexus 10, la Surface Pro est davantage à mettre en comparaison avec un ultrabook, comme évoqué plus haut. En ce qui concerne le design de l’appareil, nous sommes néanmoins face à deux produits parfaitement identiques : de couleur noire, la nouvelle tablette dispose d’un pied qui lui permet d’être maintenue en position debout (avec une légère inclinaison vers l’arrière, comme pour un cadre photo numérique).
Image 2 : [Test] Tablette Surface Pro : l'avenir du PC ?A gauche la Surface Pro, à droite la Surface RT.
En revanche côté matériel, le micro HDMI de la Surface RT est remplacé par un mini DisplayPort. Autre différence notable : la tablette se dote dans la version Pro d’un port USB 3.0, alors qu’elle n’était équipée « que » d’un port USB 2.0 dans son édition RT. De quoi accélérer grandement les transferts de fichiers, dès lors que l’on possède un disque dur ou une clé USB dans cette norme.

Sommaire :

  1. A mi-chemin entre la tablette et l'ultrabook
  2. Prise en main et intérêt du stylet
  3. Deux tablettes, deux architectures
  4. Applications, multimédia et jeux : que peut-on espérer ?
  5. Une autonomie un peu juste pour une tablette, mais correcte pour un ultrabook
  6. La grande question de la capacité du SSD
  7. En conclusion : on achète ou pas ?
  8. Tableau récapitulatif : Surface Pro et Surface RT