Accueil » Test » [Test] Wiko Darkfull : fausse bonne affaire ?

[Test] Wiko Darkfull : fausse bonne affaire ?

2 : Un design sans fioritures 3 : Performances : le ramage ne se rapporte pas à son plumage 4 : Capteur photo : bien, mais peut mieux faire 5 : Android à dos d’escargot 6 : L’enfer est pavé de bonnes attentions

Wiko, mousquetaire des smartphones

Image 1 : [Test] Wiko Darkfull : fausse bonne affaire ?Wiko s’est bâti une belle réputation en seulement 2 ans de produits. La marque française basée à Marseille, fort de son partenariat avec la société Chinoise Tinno qui s’occupe de la production, se permet déjà d’atteindre le podium du marché français, à la troisième place juste derrière Samsung et Apple. Et devant Sony et LG, excusez du peu. Pour en arriver là, un créneau bien particulier a été privilégié : celui de l’entrée de gamme.

L’explosion des forfaits sans engagements grâce à Free Mobile et le recul des offres subventionnées ont largement profité à Wiki, qui absorbe à lui seul 30 % du marché des smartphones« nus ». Ces terminaux sous Android brillent donc souvent par un tarif planché, essentiellement sous la barre des 300 € sans négliger l’équipement pour autant.

Le Darkfull est le digne descendant de cette lignée de portables aux prix compétitifs, voulant en découdre avec les téléphones les plus en vue du moment et, par le fait, plus cher. Pour arriver à ses fins, ce « haut de gamme » de chez Wiko s’équipe avec ce que le constructeur fait de mieux, entre processeurs à quatre cœurs, capteur photo 13 mégapixels ou écran 5 pouces Full HD, le tout pour 269 euros.

Mais cela suffira-t-il a convaincre et surtout inquiéter la concurrence, ou cet appareil est-il plutôt destiné à rester dans l’ombre de ceux qu’il convoite ? La réponse dans ce test.

A lire aussi :

Smartphone : lequel acheter ? Comment choisir ?

Sommaire :

  1. Wiko, mousquetaire des smartphones
  2. Un design sans fioritures
  3. Performances : le ramage ne se rapporte pas à son plumage
  4. Capteur photo : bien, mais peut mieux faire
  5. Android à dos d’escargot
  6. L’enfer est pavé de bonnes attentions