Accueil » Actualité » Twitter balance les stats sur les campagnes de trolling russes et iraniennes

Twitter balance les stats sur les campagnes de trolling russes et iraniennes

Preuve que Twitter n’est pas insensible aux critiques faites à son égard, l’entreprise a publié pas loin de 360 Go de données concernant les comptes de trolls russes et iraniens. La compagnie souhaite que ces informations, recueillies depuis 2009, aident les scientifiques et les chercheurs à lutter contre ces véritables armées de trolls en ligne.
Image 1 : Twitter balance les stats sur les campagnes de trolling russes et iraniennes

>> La Russie veut aussi sa loi contre les fake news

Twitter et Facebook sont souvent pointés du doigt pour leur responsabilité dans la propagation de fake news. L’influence qu’ils exercent dans certains pays comme les États-Unis, par exemple, n’est pas négligeable. On estime que les réseaux sociaux ont servi à faire pencher la balance en faveur de Donald Trump lors des élections présidentielles de 2016, et en Inde comme au Pakistan, de fausses rumeurs relayées à travers WhatsApp génèrent fréquemment de véritables embrasements populaires.

Les données publiées par Twitter sur les 3841 comptes liés à l’organisme russe responsable des campagnes de trolling sur Facebook et Twitter, l’Internet Research Agency, montrent que l’entreprise ne néglige pas ses responsabilités et qu’elle est toujours à l’œuvre pour tuer ces campagnes à la source, ou au moins en réduire les effets. L’ensemble des données disponibles inclut aussi bien des vidéos, que des millions d’images et de GIF, mais aussi plus de 10 millions de tweets et toutes les métadonnées associées. Entre les mains de staticien.ne.s et d’analystes qualifié.e.s, elles devraient rendre compte des stratégies de déstabilisation utilisées par la Russie et l’Iran (dont Twitter a recensé 770 comptes de troll) et en réduire l’influence.

>> À lire : Cryptomonnaies : les 10 plus gros braquages de l’histoire