Accueil » Actualité » Twitter : des employés espionnaient les utilisateurs pour l’Arabie Saoudite

Twitter : des employés espionnaient les utilisateurs pour l’Arabie Saoudite

Trois hommes, dont deux anciens employés de Twitter, sont accusés d’avoir fourni au gouvernement saoudien des informations sur plusieurs utilisateurs du réseau social critiques envers la famille royale.

Nous avions rapporté en décembre 2015 un étrange message de Twitter informant certains utilisateurs que leur compte pouvait faire l’objet d’une surveillance par des agents commandités par un Etat. On connait maintenant les détails de cette affaite puisque la justice américaine a mis en examen avant-hier deux anciens employés en tant qu’agents non enregistrés travaillant pour le compte de l’Arabie Saoudite.

Image 1 : Twitter : des employés espionnaient les utilisateurs pour l’Arabie Saoudite

Deux anciens employés de Twitter sont accusés d’être des agents à la solde du gouvernement saoudien,

L’affaire a commencé suite aux révélations du Washington Post affirmant que deux employés de Twitter travaillaient en lien avec le gouvernement saoudien pour fournir à ce dernier des éléments permettant l’identification de membres du réseau social critiques envers le prince Mohammed ben Salmane, la famille royale ou le gouvernement. Ces deux hommes ont été recrutés par un tiers, servant d’intermédiaire à Bader Al Asaker qui est considéré l’homme de l’ombre du prince saoudien.

Bader Al Asaher a demandé à Ahmed al Mutairi, responsable d’une société saoudienne de réseau social d’entrer en contact avec des employés de Twitter. Il a donc organisé une visite du siège sous de faux motifs. Il a ainsi pu rencontrer Ahmad Abouammo et Ali Alzabarah. Le premier a quitté son emploi en mai 2015 tandis que le second a fui les États-Unis le lendemain de sa mise à pied en décembre 2015. Il a alors envoyé sa lettre de démission depuis l’aéroport alors qu’il s’apprêtait à s’envoler pour l’Arabie Saoudite. Sur place, il a été recruté par l’œuvre de charité MiSK créée par Mohammed ben Salmane et dirigée par Bader Al Asaker.

Quelles données de Twitter a récupéré l’Arabie Saoudite ?

Les deux ex-employés sont accusés d’avoir transmis les adresses e-mail ainsi que les adresses IP associées aux connexions, les identifications de matériels et de navigateurs utilisés par certains membres du réseau social considérés critiques à l’égard du gouvernement saoudien. L’enquête du FBI a montré qu’Ahmad Abouammo avait reçu plus de 300 000 dollars pour son travail, qu’il avait tenté de dissimuler par de fausses factures. Il aurait aussi reçu des cadeaux comme une montre coutant plus de 20 000 dollars.

Source : Arstechnica