Accueil » Actualité » Twitter va épingler les tweets soupçonnés de fake news

Twitter va épingler les tweets soupçonnés de fake news

Afin de lutter contre la diffusion de fausses informations durant les élections présidentielles américaines, Twitter a annoncé qu’il allait désormais épingler certains tweets comme « fake news ».

Image 1 : Twitter va épingler les tweets soupçonnés de fake news

Alors que les primaires démocrates viennent de débuter, tous les yeux se tournent vers les réseaux sociaux, et les risques de désinformation. En effet, on sait désormais que des entreprises comme Facebook ou Twitter peuvent influencer le résultat final d’une élection présidentielle. Face à ce risque, Twitter a déclaré hier qu’il allait appliquer une étiquette sur les tweets contenant des photos ou vidéos réalisées de manière trompeuse. L’entreprise va retirer tout média trompeur ou qui pourrait menacer la sécurité physique ou moral d’un utilisateur. Le compte sera alors supprimé à vie. 

Twitter décide donc de suivre Facebook en matière de gestion des deepfakes. En effet, l’entreprise de Mark Zuckerberg a annoncé le 7 janvier vouloir supprimer les deep fakes et autres vidéos manipulées. Des algorithmes d’intelligence artificielle auront la responsabilité de détecter les vidéos qui ont été modifiées de manière frauduleuse.

Trouver la limite entre deep fake et vidéo satirique

Tout comme Facebook, Twitter a indiqué qu’il ne supprimerait pas les vidéos satiriques. Cela peut par exemple concerner les vidéos où les paroles d’un homme politique sont modifiées par un ordinateur. L’année dernière, Facebook avait suscité l’indignation chez de nombreux hommes politiques, car l’entreprise avait refusé de retirer une vidéo trafiquée de Nancy Pelosi, la Présidente de la Chambre des représentants. 

Zuckerbot : le chatbot qui parle comme Mark Zuckerberg

Des hackers américains avait en effet modifié une vidéo de Nancy Pelosi afin de ralentir la vitesse du discours. Résultat : la présidente de la chambre des représentants apparait alcoolisé, alors qu’il n’en était rien. Facebook avait réagi en indiquant qu’il ne retirerait pas la vidéo, car selon eux, le discours n’a pas été modifié, et que l’objectif était de créer du contenu satirique. A contrario, Twitter a indiqué que ce type de vidéo sera dorénavant épinglé comme vidéo frauduleuse.

Les deux entreprises ont refusé de répondre aux questions concernant les ressources qu’elles allaient mettre en œuvre pour repérer les médias manipulés.

Source : Reuters