Accueil » Actualité » Un an après son lancement, Free Mobile a réorganisé le marché

Un an après son lancement, Free Mobile a réorganisé le marché

Image 1 : Un an après son lancement, Free Mobile a réorganisé le marché

Il y a tout juste un an, le 10 janvier 2012, Xavier Niel était sur scène afin de présenter ce qui s’annonçait d’ores et déjà comme une révolution tarifaire : les deux offres proposées par Free Mobile et le lancement de l’opérateur sur le marché de la téléphonie mobile.

Un an plus tard, difficile de nier l’impact de Free sur le secteur de la mobilité. Avec son forfait tout illimité à 19,90 euros et son forfait voix et SMS illimités à 2 euros, Free a fait peur à ses concurrents qui ont réussi à s’aligner tant bien que mal. Les derniers chiffres de Free, publiés le 30 septembre 2012, parlaient de 4,4 millions d’abonnés mobile. D’après des analystes cités par l’AFP, le chiffre avoisinerait aujourd’hui les cinq millions. On est désormais loin des trois premiers millions de clients auxquels Xavier Niel réservait les offres telles que présentées il y a un an.

Image 2 : Un an après son lancement, Free Mobile a réorganisé le marché

Du côté de la concurrence, malgré quelques craintes, les trois opérateurs historiques ont su faire face, avec des offres similaires sans engagement ni subvention sur les mobiles. Ainsi, Bouygues Telecom propose, via B&You, un forfait tout illimité à 19,99 euros par mois sans engagement, quand Sosh, assumé par Orange, propose un forfait similaire à 19,90 euros. Du côté de SFR en revanche, le virage a été difficile à prendre. L’opérateur au carré rouge a en effet peu communiqué sur ses offres Red illimitées à 19,99 euros et a finalement lancé, en octobre 2012, sa filiale Joe mobile et son forfait à la carte, jusqu’à 20 euros pour le tout illimité.

Malgré ce succès, Xavier Niel, interrogé par Le Figaro, a exprimé un regret : « Ne pas avoir réussi à convaincre les Français qu’un mobile subventionné coûte, au bout du compte, plus cher qu’un mobile acheté nu, sans abonnement ». Pour le patron d’Iliad, maison-mère de Free, c’est sans doute le manque de communication sur cet aspect des offres qui a empêché l’opérateur de séduire davantage encore d’abonnés. Pour 2013, d’autres projets sont dans les tuyaux comme l’extension de son réseau propre ou le lancement, à moyen ou long terme, d’offres 4G.