Accueil » Actualité » Un contrat d’assurance-vie pour mourir heureux bientôt disponible au Royaume-Uni

Un contrat d’assurance-vie pour mourir heureux bientôt disponible au Royaume-Uni

La startup anglaise DeadHappy qui vient de lever 4 millions de livres sterling souhaite briser les tabous autour du décès en proposant des contrats d’assurance-vie originaux. Ses clients pourront exprimer des « DeathWishes » pour léguer quelque chose de plus concret qu’un capital.

Si les startups anglaises s’inquiètent qu’il n’y ait toujours pas d’accord de sortie dans la cadre du Brexit, d’autres au contraire prennent la vie du bon côté en prévoyant le pire.

Image 1 : Un contrat d’assurance-vie pour mourir heureux bientôt disponible au Royaume-Uni

Une jeune entreprise technologique vient de lever 4 millions de livres sterling pour lancer des contrats d’assurance-vie d’un nouveau genre. Fondé il y a deux ans avec le soutien d’Octopus Ventures, DeadHappy, ou « mort heureuse », souhaite devenir le premier fournisseur d’assurance-vie exclusivement en ligne, qui propose des polices plus flexibles, moins chères et moins compliquées.

Faites vos vœux avant de mourir

L’idée de la startup consiste à proposer une solution modulable qui s’adapte à votre situation et à ce que vous aimeriez léguer à vos proches. Le concept n’est pas vraiment révolutionnaire, mais sa mise en œuvre est originale. Pour définir vos objectifs en termes d’assurance-vie, l’entreprise lance une nouvelle plateforme sur le web nommée « DeathWish ». Dans les faits, il s’agit pour le moment de définir comment seront utilisés vos fonds comme le remboursement d’une hypothèque ou d’un crédit.

Avec son approche originale, la société souhaite lever le tabou qui entoure le décès pour changer les comportements, et bien sûr pour attirer des clients. Phil Zeidler, co-fondateur de DeadHappy, explique que « bien que la mort soit la seule certitude à laquelle l’être humain soit confronté, elle reste pour beaucoup un sujet tabou, et le fait de ne pas en parler et de ne pas en planifier l’évolution est à la fois contre-intuitif et entraîne un traumatisme supplémentaire important, dans les moments les plus difficiles pour la famille et les proches ». 

Pour l’instant, les capitaux accumulés avec le contrat d’assurance-vie ne peuvent être utilisés que de manière traditionnelle. Cependant, la startup souhaite introduire de nouveaux types de « DeathWish » pour aider les bénéficiaires à « accomplir quelque chose de significatif dans leur vie, qu’il s’agisse d’apprendre à jouer du tambour ou de financer une expédition en Amazonie ». La démarche de la société peut faire sourire, mais son approche est originale et rafraichissante dans un secteur sinistrement classique.