Accueil » Actualité » Un fournisseur de Tesla et SpaceX piraté, une rançon est exigée

Un fournisseur de Tesla et SpaceX piraté, une rançon est exigée

Mauvaise nouvelle pour Tesla et SpaceX, un de leur fournisseur s’est fait dérober des milliers de documents suite à une attaque informatique. Les pirates exigent le versement d’une rançon pour éviter leur publication.

Le rançongiciel est la nouvelle arme préférée des pirates. Diffusés par spam, par botnets, par failles de sécurité, par fausses mises à jour comme celle visant Windows 10, ils sont le cauchemar des administrateurs système. Même les appareils photo sont concernés.

Image 1 : Un fournisseur de Tesla et SpaceX piraté, une rançon est exigée
Crédit : Soumil Kumar via Pexels

L’entreprise américaine Visser Precision décrit ce qui s’est passé comme un « incident de cybersécurité ». Confirmant que des pirates ont eu accès ou ont pu voler certaines informations, elle continue ses investigations pour savoir quelles données sont concernées. C’est un problème majeur qui se pose à Visser Precision, mais aussi à tous ses clients, parmi lesquels on retrouve Tesla et SpaceX, ainsi que la défense américaine, l’industrie médicale et même les écuries de Nascar.

Une rançon réclamée en Bitcoins via DoppelPaymer

L’attaque a été perpétrée grâce à DoppelPaymer, un ransomware ou rançongiciel, c’est-à-dire un logiciel qui va chiffrer les données puis exiger une rançon en Bitcoins pour rétablir l’usage des données et logiciels affectés. En outre, DoppelPaymer, pour inciter au paiement, menace les entreprises touchées de rendre publiques les informations téléchargées. Ce même logiciel avait été utilisé contre l’entreprise pétrolière nationale mexicaine Pemex avec une rançon de 4,9 millions de dollars, soit 570 bitcoins. Plus récemment, c’est Bretagne Telecom qui en a fait les frais, les pirates exigeaient une rançon de 35 bitcoins que l’entreprise française a refusé de payer.

Sur le site de DoppelPaymer sont déjà présents certains fichiers, disponibles en libre téléchargement. On retrouve ainsi des accords de non-divulgation signés avec Tesla et SpaceX ainsi que le schéma partiel d’une antenne pour un missile Lockeed Martin. Boeing voit aussi certains de ses fichiers rendus publics. Pour l’instant, aucune des entreprises concernées ne s’est exprimée sur le sujet. Elles pourraient rapidement être obligées de le faire, le site indiquant avoir «encore  beaucoup » de fichiers à sa disposition. Même en tant que particulier, il conviendra d’être prudent. Pour vous aider, consultez notre guide pour améliorer la sécurité de votre Windows 10.

Source : Techcrunch