Accueil » Actualité » Un médicament conçu par une IA va être testé sur des humains

Un médicament conçu par une IA va être testé sur des humains

L’entreprise britannique de biotechnologies Exscientia vient de mettre au point un médicament pour lutter contre les troubles obsessionnels du comportement. Mais pour la première fois, c’est une intelligence artificielle qui a conçu la composition de ce médicament.

Image 1 : Un médicament conçu par une IA va être testé sur des humains

L’intelligence artificielle continue de progresser dans le secteur de la santé. Pour la première fois dans l’histoire, un médicament dont la composition a été créée par une IA va être testé dans le cadre d’un essai clinique. Il aura fallu un an pour mettre au point ce médicament, destiné à traiter les troubles obsessionnels du comportement. Le test sera réalisé en Angleterre.

Ce nouveau médicament, développé dans le laboratoire de biotechnologies Exscientia va commencer un essai clinique le mois prochain. La communauté scientifique considère cet évènement comme une avancée majeure. En effet, alors qu’il faut généralement 4 ans et demi pour qu’un médicament arrive à ce stade de développement, le laboratoire affirme l’avoir réalisé en seulement 12 mois.

Une avancée majeure 

Le DSP-1181 a été créé grâce à des algorithmes de machine learning qui ont croisé plusieurs dizaines de composés chimiques, tout en consultant une base de données de plusieurs millions de paramètres, comprenant les données génétiques des patients de l’essai clinique. Dans une interview, le directeur général d’Excientia explique qu’ « il s’agit d’une étape clef dans la découverte de médicaments. En effet, il existe des milliards de possibilité avant de trouver la bonne composition ». 

Dans le domaine médical, ce n’est pas la première fois que l’intelligence artificielle prouve son efficacité. Elle peut aujourd’hui diagnostiquer des maladies ou détecter des cancers de manière préventive. Par exemple, l’iWatch d’Apple est capable de détecter des troubles cardiaques en captant le pouls de l’utilisateur. Mais au-delà de l’aspect scientifique se pose une question éthique : les patients seront-ils à l’aise à l’idée de prendre des médicaments conçus par une machine ? 

Source : Engadget