Accueil » Actualité » Huawei ne réinstallera jamais les apps Google, même s’il en avait le droit

Huawei ne réinstallera jamais les apps Google, même s’il en avait le droit

Interdit de relations commerciales avec les entreprises américaines, Huawei a dû développer des solutions alternatives. Aujourd’hui, un officiel a affirmé que le fabricant ne retravaillerait pas avec Google, même si elle en avait le droit.

Image 1 : Huawei ne réinstallera jamais les apps Google, même s'il en avait le droit

Donald Trump met-il en danger à long terme la suprématie de Google dans le monde des systèmes d’exploitation mobiles en poussant Huawei à trouver une alternative ?

Huawei veut-il vraiment se passer de Google ?

Voilà en substance ce que croit Fred Wangfei, le directeur commercial de Huawei en Autriche. Il a déclaré hier que, même si les restrictions américaines étaient levées, le fabricant ne réinstallerait pas les applications Google dans ses smartphones. C’est principalement l’absence du Play Store qui est problématique aux utilisateurs, Android est en effet bien présent sur le P30, le Mate 30 ou le Mate X et le sera sur le P40 grâce à la version open source AOSP.

Rapidement, un porte-parole de Huawei a commenté qu’ « un écosystème Android est toujours notre premier choix, mais si nous ne continuons à ne pas pouvoir l’utiliser, nous avons la capacité de développer le nôtre ». Cette réponse n’est pas exactement un déni de la déclaration de Fred Wangfei, seulement une version plus politiquement correcte et plus alignée avec les propos de Richard Yu, responsable de la branche grand public du groupe Huawei. Il avait déclaré en septembre que si l’embargo était levé, les applications Google seraient installées dans la nuit sur le Mate 30.

La position de Huawei n’est pas aussi mauvaise qu’elle peut sembler. En effet, en décembre, le groupe avait présenté un chiffre d’affaire record à 108 milliards de dollars. Hier, la branche grand public a annoncé que ses ventes de smartphones avaient dépassé celles des iPhone, plaçant la marque à la seconde place mondiale, derrière Samsung. Quant à sa branche professionnelle, si le Japon et l’Australie suivent les recommandations américaines, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont choisi de faire confiance au fabricant chinois leur réseau 5G.

Source : PhoneArena