Accueil » Actualité » L’ESA forcée de pousser son satellite pour faire de la place à SpaceX

L’ESA forcée de pousser son satellite pour faire de la place à SpaceX

L’Espace est vaste, pourtant il arrive que deux satellites se retrouvent suffisamment proches pour qu’une manœuvre d’évitement soit nécessaire. Et ce n’est pas forcément le premier arrivé qui a la priorité.

Image 1 : L'ESA forcée de pousser son satellite pour faire de la place à SpaceX

Le satellite Aeolus de l’ESA, dédié à l’observation de la dynamique de l’atmosphère terrestre, a été forcé de réaliser le 2 septembre dernier une manœuvre visant à lui faire éviter un autre satellite.

Lancé en août 2018, Aeolus aurait en effet pu percuter l’un des satellites de Starlink. Ce projet de SpaceX devrait pour rappel proposer un accès à Internet dans les zones non ou peu desservies de manière conventionnelle.

Un risque de collision faible mais non nul

Selon l’agence spatiale européenne elle-même, il s’agit d’une procédure très rare. D’habitude, de telles manœuvres sont nécessaires lorsqu’un satellite doit éviter des débris spatiaux, ce qui arrive une trentaine de fois par an. Mais cette fois-ci, les deux satellites concernés sont bel et bien actifs.

L’ESA avait d’ailleurs averti SpaceX du risque de collision, évalué à 1000:1. Mais la société américaine a répondu qu’elle ne comptait rien faire, bien que ses satellites Starlink aient été lancés neuf mois après Aeolus. C’est donc ce dernier, équipé de ses quatre petits moteur-fusées, qui a dû  réaliser la manoeuvre.

De telles modifications de trajectoire et d’altitude sont à l’heure actuelle réalisées manuellement. Mais l’ESA étudie la possibilité de confier cette tâche à une intelligence artificielle. A l’avenir, ce type de manoeuvre devrait être plus fréquent, et il n’existe pas encore de règles ou de législation en la matière indiquant quel satellite a la priorité sur l’autre…