Accueil » Actualité » Un vrai mini-cœur imprimé en 3D

Un vrai mini-cœur imprimé en 3D

Image 1 : Un vrai mini-cœur imprimé en 3D

L’impression 3D a toujours été un rêve pour la filière biomédicale. Recréer des organes à la demande et sans risque de rejet par le patient est le Saint Graal pour nombre de chercheurs. La technologie progressant, ce rêve se rapproche de plus en plus de la réalité.

Le futur des biotechnologies

On est encore loin du Cinquième Élément et de la reconstruction par impression 3D de Leeloo, mais cette possibilité est de plus en plus envisageable. La dernière innovation en date vient de la société américaine Biolife4D a réalisé un exploit dans le domaine biomédical. Ses chercheurs ont en effet réussi à recréer un vrai cœur de toutes pièces. Pour cela, ils ont développé une technologie d’impression 3D utilisant des cellules musculaires. Ce prototype n’a pas la taille d’un vrai organe humain adulte, mais la société compte bien y parvenir rapidement.

Plus tôt dans l’année, elle était déjà parvenue à utiliser cette même technique pour imprimer des ventricules, des valves cardiaques et des vaisseaux sanguins. Le procédé consiste à convertir les globules blancs du patient en cellules souches pluripotentes induites (CSPi) capables de se transformer en n’importe quel type de cellules, y compris celles des muscles cardiaques. Pas de risque de rejet de la greffe par le patient, pas de temps à attendre vainement un donneur potentiel, les avantages de cette technologie sont infinis.

Image 2 : Un vrai mini-cœur imprimé en 3D

Bien entendu, cela apporte un nouvel espoir aux patients en attente de greffe du cœur. L’impression 3D continue donc de révolutionner la biotechnologie puisque plus tôt dans l’année, des chercheurs de l’Université de Tel-Aviv avaient eux aussi réussi à imprimer un cœur, mais à partir de tissus graisseux. De leur côté, des ingénieurs du MIT avaient imprimé avec succès de complexes réseaux vasculaires. La question éthique se posera bientôt. Si aujourd’hui personne ne remet en question l’avantage d’une greffe de cœur à un patient malade, que se passerait-il si cette technologie était vue comme un moyen de chercher l’immortalité en remplaçant au fur et à mesure ses organes défaillants ?