Accueil » Actualité » Coincée dans un excrément de dinosaure, une nouvelle espèce a été découverte

Coincée dans un excrément de dinosaure, une nouvelle espèce a été découverte

Une espèce de coléoptère vieille de 230 millions d’années vient d’être découverte dans une fiente de dinosaure fossilisée.

Les excréments fossilisées n’en finissent plus de cacher de merveilleux trésors. En effet, une équipe de scientifiques vient d’identifier une nouvelle espèce, vieille de 230 millions d’années. Parfaitement conservé, l’insecte est quasiment intact, avec ses antennes et ses pattes. L’excrément en question serait celui d’un proche parent d’un dinosaure de la période triasique. L’équipe vient de rendre public son travail dans la revue Current Biology.

A lire aussi > Des paléontologues examinent pour la première fois l’anus d’un dinosaure

Image 1 : Coincée dans un excrément de dinosaure, une nouvelle espèce a été découverte
Le Triamyxa, une nouvelle espèce de coléoptère – Crédit : Current Biology

Baptisés coprolithes, les excréments fossilisés ont déjà permis de dévoiler de nombreuses espèces disparues. Mais c’est la première fois qu’un coléoptère aussi ancien a pu être dévoilé au grand jour. Il devient donc désormais possible de remonter plus loin dans le passé et en apprendre davantage sur la passionnante évolution des insectes.

Une espèce datant du Triasique

Entomologiste réputé, Martin Fikáček se félicite du travail accompli. « Nous ne savions pas à quoi ressemblaient les espèces du Triasique. Mais la donne vient de changer. En analysant davantage de coprolithes, nous devrions encore découvrir plus d’insectes disparus. Nous allons pouvoir étudier davantage le sujet à l’avenir » témoigne ainsi le scientifique.

« J’ai été vraiment étonné de voir à quel point les coléoptères étaient bien conservés, lorsque vous les avez modélisés à l’écran, c’était comme s’ils vous regardaient droit dans les yeux » ajoute un autre chercheur missionné sur le sujet. « Cela est facilité par la composition en phosphate de calcium des coprolithes. Ceci, associé à une minéralisation précoce par des bactéries, a probablement contribué à préserver ces fossiles délicats » poursuit ce dernier.

Cette découverte permet également de mettre en lumière les habitudes alimentaires du dinosaure dont la fiente fossilisée à été analysée. Pour Fikáček, il semble désormais acquis que ce dernier était omnivore. Ainsi, le Triamyxa (le coléoptère en question) n’est qu’une espèce parmi d’autres qui pourraient être découvertes à l’avenir.

Pour donner des conclusions détaillées, le coprolite a été scanné par microtomographie. Grâce aux rayons X du procédé, les scientifiques peuvent visualiser les structures internes des fossiles. « Dans cet aspect, notre découverte est très prometteuse » conclut ainsi Fikáček.

Source : Phys.org

A lire aussi > L’ancêtre de tous les animaux a été découvert dans des fossiles australiens