Accueil » Actualité » Une nouvelle photo de la comète interstellaire 2l/Borisov

Une nouvelle photo de la comète interstellaire 2l/Borisov

Les astronomes de Yale dévoilent une nouvelle photographie de la comète interstellaire qui traverse actuellement notre système solaire, 2l/Borisov. C’est seulement le deuxième visiteur de ce type qu’on a pu observer jusqu’à maintenant. Une occasion unique pour les scientifiques de déterminer les éléments constitutifs des planètes des autres systèmes.

Un nouvel objet interstellaire a été découvert cet été, et traverse actuellement notre système solaire. Pour la deuxième fois seulement, les astronomes ont l’occasion d’observer une comète interstellaire, 2l/Borisov. Au début du mois d’octobre, Hubble était déjà parvenu à en prendre une photographie à 420 millions de km de distance. Aujourd’hui, les astronomes de l’Université de Yale nous dévoilent un nouveau cliché plus net, ainsi qu’un montage qui illustre la longueur de sa queue par rapport à la taille de la Terre.

Image 1 : Une nouvelle photo de la comète interstellaire 2l/Borisov

La NASA montre le projet d’alunisseur pour l’établissement d’une base sur la Lune

Le 30 aout dernier, l’astronome amateur Gennady Borisov de l’observatoire MARGO de Crimée a découvert la nouvelle comète avec seulement un télescope de 0,65m qu’il a lui-même construit. Quelques semaines plus tard, l’Union astronomique internationale a pu établir sa trajectoire, et conclure qu’il s’agissait d’un objet interstellaire. Autrement dit, un objet qui n’est pas lié gravitationnellement à une étoile. Une rareté puisqu’après 1I/ʻOumuamua en 2017, c’est seulement la deuxième fois qu’on en découvre un. 

Hubble témoin du rayonnement gamma le plus puissant jamais observé

2l/Borisov traverse notre système solaire à la vitesse de 177 000 km/h et passera à un peu plus de 300 millions de kilomètres du soleil le 7 décembre. À mesure qu’elle se rapproche du soleil, elle se réchauffe et libère un mélange de poussière et d’eau qui forme sa queue. La taille de l’objet est estimée à 1,6 km et ses gigantesques trainées à 160 000 km, plus de douze fois la taille de la Terre. Avant qu’elle ne quitte définitivement notre système solaire l’année prochaine, les astronomes tentent d’accumuler le plus d’informations possible sur ce visiteur inhabituel. Grâce aux observations des télescopes de l’observatoire W. M. Keck d’Hawaï, les astronomes de Yale espèrent obtenir des informations précises sur les éléments constitutifs des planètes dans d’autres systèmes que le nôtre.

Voici la première carte de Titan, la plus grosse lune de Saturne

Source : Phys.org