Accueil » Actualité » Vénus : les scientifiques demandent 2 milliards de dollars pour son exploration

Vénus : les scientifiques demandent 2 milliards de dollars pour son exploration

Certains scientifiques de la NASA espèrent bien convaincre l’agence spatiale américaine de débloquer un budget de 2 milliards de dollars afin de lancer une large exploration de Vénus pour mieux comprendre son histoire.

Bien que relativement proche de nous, Vénus reste assez méconnue. Si son exploration a commencé avec l’envoi de sondes dans les années 60, ce n’est vraiment que dans les années 90 avec la sonde Magellan que la surface de la planète a commencé à se dévoiler. Ensuite Vénus Express de l’agence spatiale européenne, forte de ses 8 ans de survol est venue enrichir nos connaissances. Et enfin, la sonde japonaise Akatsuki qui, malgré son lancement compliqué, est en cours d’observation du climat vénusien.

Image 1 : Vénus : les scientifiques demandent 2 milliards de dollars pour son exploration

Tout cela ne suffit pas aux scientifiques qui veulent que l’exploration de Venus soit inscrite au Programme Flagship de la NASA. Il s’agit d’un programme définissant les grands axes de recherche pour la décennie à venir. C’est grâce à ce programme qu’ont pu naître des projets d’envergure tels que le télescope Hubble, le rover Curiosity en train d’explorer Mars ou les 2 sondes Voyager, dont Voyager 2 est récemment sorti de l’héliosphère. Des projets à venir ont déjà été décidés tels que le rover Mars 2020 actuellement en cours de tests en conditions martiennes ou le télescope James Webb qui sera probablement assemblé directement dans l’Espace.

L’idée des scientifiques est de mettre l’exploration de Vénus au cœur des priorités afin de vérifier si la planète a pu être hospitalière par le passé par l’étude des composés volatile de son atmosphère et ainsi mieux comprendre son histoire. La NASA n’est pas la seule agence spatiale à s’intéresser à Vénus. Récemment l’Inde a fait part de son intention d’envoyer une sonde sur Vénus pour en étudier la nature géologique et la sismologie. Ce serait pour l’agence indienne un bon moyen d’améliorer son image après l’échec de sa mission lunaire.

Source : Digitaltrends