Accueil » Actualité » Voici comment le système de publicité de Facebook est conçu pour vous polariser politiquement

Voici comment le système de publicité de Facebook est conçu pour vous polariser politiquement

Depuis les dernières élections américaines, de plus en plus de spécialistes se tournent vers Facebook, en l’accusant d’être responsable – notamment via Cambridge Analytica – de fausser les élections présidentielles dans le monde entier.

Image 1 : Voici comment le système de publicité de Facebook est conçu pour vous polariser politiquement

En devenant l’un des principaux annonceurs du monde, Facebook est désormais un influenceur majeur en politique. C’est ce qu’a démontré une étude publiée cette semaine par une équipe de chercheurs de l’Université de Northeastern. Ils ont prouvé qu’il était plus cher et plus difficile pour un homme politique de toucher des utilisateurs qui ne sont pas déjà d’accord avec lui idéologiquement.

En 2020, environ 28% du budget de marketing d’une campagne politique sera dédié aux réseaux sociaux. En optimisant sa fonctionnalité « pertinence », Facebook met en place une répartition des annonces en fonction des intérêts existants de l’utilisateur. Si vous êtes un grand fan d’Emmanuel Macron, il y a peu de chance que vous receviez des publicités vous incitant à voter pour Marine Le Pen aux prochaines élections.

Le scandale Cambridge Analytica ne se limite pas à la population américaine

Une étude édifiante

Facebook souhaite que les utilisateurs ne voient que des annonces qui leur semblent pertinentes. Ainsi, l’algorithme pousse une publicité vers un utilisateur qui est déjà en phase avec ce message, ce qui conduit à renforcer les stéréotypes. L’utilisateur ne doit recevoir que des publicités ou articles proches de ses idées. 

Les expériences au sein de cette études étaient relativement simples : les chercheurs ont acheté des publicités faisant la promotion de Donald Trump et Bernie Sanders, et ont ciblé simultanément plusieurs groupes d’utilisateurs américains. Le résultat a été le suivant : un démocrate à 70% plus de chance de voir l’annonce pour Bernie Sanders, contre 35% pour un républicain. 

On comprend finalement à quel point les premières pages que nous aimons sur Facebook sont déterminantes. Si un jeune utilisateur neutre politiquement se connecte sur Facebook et aime la page de Le Figaro, il y a de grandes chances pour que cinq ans plus tard, ce dernier soit assailli de spots publicitaires pour les candidats libéraux et conservateurs.

Source : Wired