Accueil » Actualité » Voitures autonomes : Google accuse Uber d’avoir volé sa techno

Voitures autonomes : Google accuse Uber d’avoir volé sa techno

Le tribunal de San Francisco a reçu une plainte de Waymo (ex-Google Car) qui accuse Uber d’avoir volé sa technologie. Cette violation de brevet aurait rapporté un demi-milliard à la filiale d’Uber, Otto.

Image 1 : Voitures autonomes : Google accuse Uber d'avoir volé sa technoWaymo succède à Google Car au sein de la holding américaine Alphabet qui détient le géant internet Google. La société a pour mission de regrouper les travaux du groupe concernant les véhicules autonomes Google Car. Si Waymo s’apprête maintenant à commercialiser sa technologie, Otto, la filiale d’Uber, travaille, elle, sur un camion autonome. Mais la concurrence entre les deux entreprises a pris un tournant judiciaire jeudi après une plainte déposée par Waymo devant le tribunal de San Francisco.

Selon les responsables de la filiale, Otto et Uber auraient volé les technologies de Google afin de surmonter les obstacles liés au développement de la voiture autonome. Il faut dire que la filiale du service de réservation de voitures a un passé commun avec Google dans la mesure où elle a été créée par d’anciens salariés de la firme de Moutain View.

> > > Lire aussi Ford va mettre le paquet sur la voiture autonome

La plainte concerne particulièrement Anthony Levandowski qui aurait volé 14 000 dossiers avant son départ. Otto se serait basé sur ces documents dans le développement de ses capteurs lasers. En effet, les responsables de Waymo ont découvert accidentellement des schémas de circuits imprimés d’Uber provenant d’un courriel mal adressé d’un de ses sous-traitants.

Selon Waymo, la technologie s’inspirerait beaucoup de ses « propres designs hautement confidentiels ». En outre, cette violation de brevet aurait rapporté près d’un demi-milliard à Otto dont la société mère a réagi jeudi dans un courriel. « Nous prenons très au sérieux les allégations faites contre des salariés d’Otto et Uber, et nous allons examiner attentivement la question ».