Accueil » Actualité » Vol annulé après qu’un passager a jeté des pièces porte-bonheur dans le moteur

Vol annulé après qu’un passager a jeté des pièces porte-bonheur dans le moteur

La compagnie chinoise Guangxi Beibu Gulf Airlines a annulé un vol après qu’un passager a jeté une poignée de pièces de monnaie dans le moteur de l’avion pour lui porter chance.

L’homme, prénommé Wang, prenait le vol GX8814 de Guangxi Beibu Gulf (GX) Airlines le 16 avril entre la ville de Weifang et Haikou, la capitale de Hainan.

Les pièces retrouvées dans le moteur de l'avion - 北部湾航空 / Weibo
Les pièces retrouvées dans le moteur de l’avion – Crédit : 北部湾航空 / Weibo

Dans une déclaration partagée sur le réseau social chinois Weibo, la compagnie aérienne a déclaré que le personnel de l’aéroport avait remarqué des pièces de monnaie sur le sol sous le moteur lors d’une inspection avant le décollage.

Le personnel s’est rendu compte que le passager nommé Wang Lu avait jeté une poignée de pièces en direction du moteur de l’avion. Celui-ci n’avait apparemment pas l’intention de saboter l’appareil, mais souhaitait tout simplement que les pièces lui portent chance. Celui-ci avait peut-être consulté l’application Am I Going Down, ou littéralement « Est-ce que je vais m’écraser », qui calcule en temps réel les probabilités de crash aérien de l’avion dans lequel vous êtes assis.

La compagnie aérienne annule le vol pour des raisons de sécurité

Les autorités ont pu récupérer les six pièces, que l’homme avait enveloppées dans du papier rouge pour porter chance, mais la compagnie aérienne a finalement décidé d’annuler le vol GX8814 pour assurer la sécurité des passagers. Les 148 passagers ont donc dû attendre le lendemain pour faire le voyage.

Wang a été immobilisé au sol pour ces raisons puis arrêté par la police. Il a ensuite été condamné à payer une amende de 140 000 yuans (17 900 euros) pour la gêne occasionnée. Il a admis avoir jeté les pièces lors de l’embarquement sur le tarmac, car il espérait un voyage sans encombre.

Ce n’est apparemment pas la première fois que quelque chose de semblable se produit en Chine. En effet, plusieurs situations similaires ont été recensées ces dernières années. En 2019, un passager embarquant sur un vol entre Anqing et Kunming, en Chine, avait aussi été arrêté pour avoir fait la même chose, cette fois dans un avion exploité par Lucky Air.

Source : interestingengineering