Accueil » Actualité » Volkswagen veut optimiser la circulation avec des calculateurs quantiques

Volkswagen veut optimiser la circulation avec des calculateurs quantiques

Volkswagen travaille actuellement sur l’utilisation de calculateurs quantiques dans la régulation du trafic routier. Le groupe automobile a annoncé lors d’une conférence à Lisbonne que ses experts ont créé un système de gestion de la circulation à base de calculateur quantique qui, à terme, remplacera les programmes actuels de prédiction du trafic, qu’il s’agisse de la demande en transports en commun ou de temps de trajet.

Image 1 : Volkswagen veut optimiser la circulation avec  des calculateurs quantiques

>> Microsoft travaille sur un nouveau langage destiné aux ordinateurs quantiques

Pour se lancer dans ce projet technologique de grande envergure, Volkswagen s’est associé à D-Wave, une compagnie canadienne spécialisée dans les calculateurs quantiques. L’avantage de l’informatique quantique sur les puces en silicone résulte non seulement dans la plus grande rapidité des calculs, mais aussi dans la spécificité des qubits, ces unités de stockage d’informations qui, contrairement aux bits utilisés par les ordinateurs traditionnels, ne sont pas simplement binaires. Comme l’affirme Bo Ewald, président de D-Wave : « la prochaine phase de développement des calculateurs quantiques est le développement d’applications et D-Wave s’est attaché dès ses débuts à permettre une utilisation pratique de l’informatique quantique […] et le travail innovant de Volkswagen (avec notre compagnie) en vue de créer des applications relatives à l’optimisation du trafic routier est un exemple de l’impact des calculateurs quantiques dans le monde réel pour les entreprises, comme dans la vie des gens ».

Ce système devrait en premier lieu intéresser les compagnies de taxi et toutes les compagnies prévoyant de lancer des flottes de voitures autonomes sur les routes. Un tel calculateur leur permettra de déployer leurs véhicules au plus proche des zones de forte activité, tout en limitant le temps d’attente pour les usagers. Cet ordinateur révolutionnaire utilise les données de mouvement fournies en temps réel par des smartphones ou des transmetteurs placés dans les véhicules. Tous ces chiffres devraient, à l’avenir, permettre de faire des prédictions et d’assigner différentes flottes de véhicules vers différentes destinations (les zones de demande) sans que les bus ou les taxis aient à voyager à vide. Une fois cette technologie arrivée à maturité, Volkswagen a l’intention d’en faire un service commercial. Le groupe allemand souhaite tout d’abord tester son infrastructure à Barcelone, une ville possédant une base de données de circulation déjà conséquente.

>> À lire : Volkswagen : la New Beetle, c’est terminé