Accueil » Actualité » Volvo veut une voiture autonome équipée d’un LiDAR dès 2022

Volvo veut une voiture autonome équipée d’un LiDAR dès 2022

Dans un communiqué de presse, Volvo a indiqué sa volonté de mettre sur le marché des voitures équipées d’un LiDAR dès 2022. Le constructeur suédois voit cette technologie comme un moyen de développer ses voitures autonomes.

Image 1 : Volvo veut une voiture autonome équipée d’un LiDAR dès 2022
Crédits : Luminar

Nombreux sont les constructeurs automobiles qui voient en LiDAR une technologie permettant l’acquisition rapide des données nécessaires à la conduite autonome de leur véhicule. Une entreprise fait toutefois exception, Tesla, dont le patron Elon Musk qui avait déclaré en août 2019 que tous ceux qui s’appuieraient sur le LiDAR, cette technologie « inutile et stupide » étaient « voués à l’échec ».

Les solutions LiDAR se multiplient

Depuis 2018, Volvo finance la startup californienne Luminar, spécialisée dans la technologie de télédétection par laser que l’on raccourcit souvent sous l’acronyme LiDAR. Aujourd’hui, le constructeur automobile annonce que ces produits sont prêts à être mis sur le marché et offriront à Volvo « sa première technologie de conduite autonome sur autoroute et ouvre le chemin au développement de solutions de sécurité active » pour un véhicule à venir en 2022. Son système IRIS sera intégré au dessus du pare-brise.

Fonctionnant sur le principe du radar, mais s’appuyant sur la lumière et non sur des ondes radio, le LiDAR est utilisé sur les robots de livraison bipèdes de Ford ou sur les taxis autonomes Waymo. Il est également présent sur le dernier iPad Pro et le sera probablement sur le futur iPhone 12 Pro. Toutefois, seule l’Audi a mis sur le marché une voiture équipée d’un LiDAR, la A8. Prévu pour offrir la conduite autonome de niveau 3, son AI Trafic Jam Pilot n’a jamais été activé en raison, d’après le constructeur allemand, d’un manque de législation.

La multiplication des fournisseurs de solutions LiDAR, tels que Velodyne, Bosch, Hexagon ou le français Valeo devrait rapidement rendre plus abordable cette technologie qui devrait donc se retrouver embarquée dans un nombre grandissant de véhicules. Sauf, bien entendu, si les constructeurs écoutent les recommandations d’Elon Musk et basent leur pilote automatique uniquement sur le radar et la reconnaissance d’image, ce qui pour l’instant réussit au constructeur américain et rend jaloux le président de Volkswagen.

Source : Motor Authority