Accueil » Actualité » Windows 10 pourra lancer les applications Android nativement dès 2021

Windows 10 pourra lancer les applications Android nativement dès 2021

Avec son « Project Latte », Microsoft travaille à l’intégration des applications Android dans l’environnement Windows 10. Si tout ce se passe comme prévu, cette nouvelle fonctionnalité pourrait arriver dès l’automne 2021.

Image 1 : Windows 10 pourra lancer les applications Android nativement dès 2021
Crédits : Microsoft / Google / Tom’s Guide

Alors qu’Apple vient de lancer ses ordinateurs sous processeurs ARM ouvrant la possibilité aux applications iOS de fonctionner sous MacBook et iMac, Microsoft prépare une solution similaire pour les applications Android sous Windows 10. Bien sûr, l’architecture étant identique une couche logicielle sera nécessaire, mais elle permettra d’éviter d’avoir recours à l’émulation.

Un lancement à l’automne 2021

Microsoft travaille à une solution qui permettra aux développeurs d’applications Android de les faire fonctionner sous Windows 10 sans modifier une ligne de code dans le meilleur des cas et de les publier dans le Microsoft Store. D’après des sources internes, le projet porterait le nom de code « Project Latte ». Avec cette nouvelle fonctionnalité, Windows se rapprocherait de ChromeOS, le système d’exploitation des Chromebook, et qui permet déjà un tel fonctionnement. Sur PC, il faut pour l’instant utiliser des émulateurs, avec les problèmes de performances que cela engendre.

Pour permettre ce « portage », Microsoft s’appuierait sur la couche WSL (Windows Subsystem for Linux) et qui permet déjà de faire fonctionner des logiciels Linux sous un environnement Windows. Android étant lui aussi basé sur un noyau Linux, le cœur du logiciel pourra être réutilisé, seul le sous-système Android devra être développé. Cela pourrait transformer Windows 10 en OS semi-universel puisqu’il supporte déjà PWA, UWP, Win32 et Linux, bientôt avec interface graphique et accélération matérielle.

Toutefois, un élément majeur risque d’entacher la réussite d’un tel projet : l’absence de l’écosystème Google. En effet, par licence, Google interdit l’utilisation des services Play sur d’autres plateformes que les appareils Android et Chrome OS. Il est peu probable, mais pas impossible qu’un développeur décide de coder une seconde version Android de son application sans les services Google pour pouvoir la soumettre au Microsoft Store. Cela pourrait générer un souci d’adoption de la solution, à l’image de Huawei dont la part de marché a fondu en Occident depuis l’interdiction par le gouvernement américain aux entreprises américaines de travailler avec le géant chinois, privant ainsi les smartphones de la marque des services et applications Google.

Source : Windows Central