Accueil » Dossier » Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Image 1 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

un film en quelques clics

Resté longtemps boudé par nos machines, car trop gourmand en ressources, le montage vidéo est venu au fil du temps s’installer dans nos maisons. L’utilisation de logiciel de montage demande tout de même un minimum de connaissance et reste très complexe. Heureusement, Microsoft intègre dans Windows Vista un logiciel de montage gratuit et très simple à prendre en main. Tom’s Guide vous propose de découvrir ce logiciel au travers d’une quinzaine d’étapes, afin de vous faciliter votre premier montage. Et qui sait, vous êtes peut-être le prochain Steven Spielberg !
Image 2 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Présentation de l’espace de travail

L’espace de travail de Movie Maker se compose de trois parties bien distinctes.

  • En vert la zone ou se situe vos différents fichiers (vidéo, audio et image), c’est également à cet endroit que s’affichent les effets spéciaux et transitions.
  • En jaune, l’écran de prévisualisation temps réel, de vos vidéos et du montage final.
  • Enfin en bleu, le banc de montage présenté sous deux formes différentes (en diapo ou chronologique), c’est là que sont assemblés les fichiers et les effets.
Image 3 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Importation de fichiers

Movie Maker propose plusieurs solutions pour intégrer vos fichiers au montage. Plusieurs onglets situés sur la gauche vont vous permettre d’un simple clic d’aller chercher vos vidéos, images et musiques sur votre ordinateur. De plus, il est possible de capturer directement vos vidéos via un caméscope numérique correctement raccordé à votre machine. Une méthode simple qui évite de devoir passer par un autre logiciel de capture vidéo.

Image 4 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Les formats pris en charge

Cette nouvelle version de Movie Maker embarque une meilleure gestion des formats vidéo. Prenant en compte la majorité des formats vidéo reconnus (avi, mpeg, mov, wmv etc …) celle-ci gère également le format HD 720p, aussi bien en entrée qu’en sortie. Un gros avantage qui permet d’avoir au final une qualité d’image très correcte s’adaptant parfaitement à votre téléviseur haute définition.
Image 5 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Le banc de montage en mode diapo

Le banc de montage peut se présenter sous deux formes, la première d’entre elles est la plus simple à prendre en main. Votre montage se compose de ’’diapos ’’ disposées l’une à la suite de l’autre, où il suffit de faire glisser votre fichier (image, photo ou vidéo) dans l’ordre de votre choix. De cette façon, vous obtiendrez une suite de séquences mises bout à bout qui va composer votre montage.
Image 6 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Le banc de montage en mode chronologique

La deuxième méthode utilise le mode chronologique. Plus difficile à prendre en main, celui-ci reste plus précis dans son utilisation. On y retrouve une disposition très similaire aux logiciels de montage vidéo professionnels, donnant une touche de détails supplémentaires. Au niveau de son utilisation, il faut procéder par glisser-déposer comme précédemment. Notons au passage la présence d’une piste son supplémentaire, et d’une piste de titrage pour y ajouter du texte.
Image 7 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

La fenêtre d’aperçu vidéo temps réel

Cette fenêtre de contrôle permet de voir vos fichiers d’origines en double-cliquant dessus, ou d’avoir l’aperçu du montage en cours. Movie Maker offre un grand confort d’utilisation avec le rendu temps réel. Ainsi, il ne sera pas nécessaire de procéder à un ’’rendu’’ de votre montage pour voir le résultat, même en y ajoutant des effets et des transitions. Grâce à cette fenêtre, on sait donc exactement ce que cela va donner au final.
Image 8 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Les effets de transition

Que serait un logiciel de montage grand public sans ses effets de transitions ? Voilà la question qu’on pourrait se poser ! Souvent fournis avec une quantité faramineuse d’effets, les logiciels dédiés utilisent souvent cet aspect comme un argument de vente. Movie Maker ne déroge pas à la règle et offre ainsi un gros catalogue de fondus et autres enchainements en tout genre. De plus, leur intégration au montage reste très simple, puisqu’il suffit de faire un glisser-déposer entre les deux séquences de votre choix et le tour est joué.
Image 9 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Les effets spéciaux

Comme pour les transitions, Movie Maker propose une gamme complète et variée d’effets. Que ce soit pour retoucher une couleur, ou faire une animation, vous trouverez votre bonheur. Pour ajouter un effet, il suffit de le glisser et de le déposer sur l’étoile de la vidéo concernée. Grâce au temps réel, l’affichage du résultat se fait directement sur la fenêtre d’aperçu. En cas de mauvais choix, il suffit simplement de cliquer sur l’étoile et de supprimer l’effet non désiré.
Image 10 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

La piste audio

En mode chronologique, il est possible d’ajouter une piste audio à votre montage. Que ce soit une musique importée depuis votre disque dur ou des bruitages. Il est également possible d’enregistrer une bande-son à partir d’un micro. Malheureusement, le logiciel ne permet pas d’ajouter deux pistes audio (voix off et musique par exemple), en revanche il vous sera possible d’ajuster la balance entre le son de la vidéo et la bande-son ajoutée.
Image 11 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Ajouter un titre

Pour mieux présenter votre montage, Movie Maker propose également l’ajout de titres. Présentée de façon très sommaire, cette fonction permet en quelques clics de créer un titre pour votre montage, ou même un générique de fin avec les remerciements. Il est bien entendu possible de modifier la police, sa couleur et sa taille.
Image 12 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Les réglages & options à retenir

Movie Maker se compose de fonctions très utiles qu’il faut savoir utiliser pour un meilleur confort lors de l’utilisation. Par exemple dans les options, une fonction permet d’enregistrer automatiquement votre projet toutes les 5 minutes. De cette façon, plus de surprises lors de plantage inattendu du logiciel. Enfin, n’hésitez pas à utiliser les liens rapides sur la gauche pour accéder directement aux actions souhaitées.
Image 13 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Les différents moyens d’exportation

Une fois votre montage terminé, il vous faut l’exporter. Plusieurs solutions s’offrent à vous, du fichier vidéo brut, au DVD enregistrable en passant par l’enregistrement direct sur le caméscope numérique. Chaque format répond à une utilisation particulière et ainsi une qualité différente. Il vous sera toujours possible ensuite de changer vos réglages de sortie. Une option réservée toutefois aux plus aguerris d’entre vous.

Image 14 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Un petit conseil pour la route

On ne peut terminer ce dossier photo sans quelques petits conseils. Le piège lorsqu’on monte une vidéo est de vouloir à tout prix mettre des effets spéciaux et des transitions à la pelle. En faisant ainsi on ne voit plus que ça, et les séquences passent inaperçues, le montage perd donc son intérêt. Pensez à limiter au maximum vos effets, gardez vos images d’origine, ce sont elles qui donnent le plus bel effet.
Image 15 : Windows Movie Maker : devenez le nouveau Spielberg

Et la version XP ?

Windows XP intègre également dans son service pack 2, une version de Movie Maker. Pas aussi complète que celle de Windows Vista, celle-ci souffre d’une grande instabilité, mais aussi d’une moins bonne compatibilité entre les différents formats vidéo existants.