Accueil » Actualité » YouTube le mal aimé ?

YouTube le mal aimé ?

Depuis l’acquisition de YouTube par le géant Google, il ne se passe presque pas un jour sans que nous ayons des nouvelles de ce site de vidéos en ligne. Le rachat aura fait parler des deux sites, mais pas forcément en bien. En effet, Mark Cuban, milliardaire américain qui n’a jamais exprimé que du mépris pour YouTube, voudrait racheter une petite agence de Los Angeles en procès avec le site.

Pour quelques milliards de plus

Cuban chercherait-il à rallier des forces pour faire tomber YouTube ? C’est en tout cas l’hypothèse que beaucoup évoquent depuis que le riche américain a annoncé son désir de racheter une entreprise américaine en procès avec YouTube. En effet, avec le soutien du milliardaire, le Los Angeles News Service aurait alors les moyens financiers de se dresser contre son adversaire YouTube (et surtout Google) et son armée d’avocats.

L’histoire de ce différents entre l’agence et YouTube remonte au jour où le site de vidéo a hébergé des images filmées en 1992 par Robert Tur, fondateur de Los Angeles News Service. Ces images n’étaient pas dans le domaine public et sont la propriété de Tur, qui a décidé de porter plainte contre YouTube. Même si le milliardaire s’en cache, prétextant que le contenu du Los Angeles News Service est l’intérêt qui motiverait ce rachat, beaucoup voient ici une affaire personnelle entre Cuban et YouTube s’engager.

Mark Cuban n’a jamais aimé YouTube

Cuban s’était déjà illustré récemment en annonçant que quiconque rachetait YouTube était un idiot. Il s’appuyait sur les nombreuses violations de copyright observées sur le site et sur la dette colossale de YouTube pour sa bande passante consommée. Concernant Robert Tur, il ne s’est pas vraiment exprimé sur le sujet, même s’il a affirmé que Cuban était un formidable visionnaire. Il se pourrait donc que le différend entre YouTube et le Los Angeles News Service trouve une issue bien inattendue pour le site de vidéos comme pour l’agence de presse, une issue poussée par quelques milliards.