Accueil » Actualité » Trous noirs : On sait désormais comment mesurer leurs masses

Trous noirs : On sait désormais comment mesurer leurs masses

Des astronomes ont récemment mis au point une nouvelle technique qui permet d’estimer la masse d’un trou noir en se basant sur le mouvement des gaz chauds qui l’entourent, et ce même lorsque le trou noir lui-même est plus petit qu’une tête d’épingle.

Les trous noirs supermassifs sont entourés d’une énorme quantité de plasma. À cause de l’extrême gravité, celui-ci se déplace à très grande vitesse, générant une forte luminosité. Cette lumière, communément appelé quasar, est relativement facile à repérer. En revanche, il est beaucoup plus difficile de mesurer les propriétés du trou noir concerné. Mais une nouvelle méthode permet désormais d’estimer d’une manière fiable la masse de ce dernier.

Trou noir supermassif - Crédit : wikimedia
Trou noir supermassif – Crédit : wikimedia

En effet, une équipe de chercheur a réussi pour la première fois à démontrer la possibilité de déterminer directement la masse d’un quasar à l’aide d’une technique appelée spectroastrométrie. Celle-ci repose sur l’observation de la zone entourant le trou noir. Lorsque le gaz tourne autour du trou noir, une partie se déplace dans notre direction et une autre s’éloigne. La partie du gaz qui se déplace vers nous tire vers le bleu, tandis que celle qui s’éloigne tend vers le rouge.

Trous noirs : la nouvelle méthode de mesure fonctionne, de nouveaux télescopes arrivent bientôt

Ainsi Felix Bosco, de l’Institut Max Planck d’Astronomie, déclare « « En séparant les informations spectrales et spatiales dans la lumière collectée, ainsi qu’en modélisant statistiquement les données mesurées, nous pouvons déduire des distances bien inférieures à un pixel d’image du centre du disque d’accrétion ». L’équipe, donc Bosco fait partie, a appliqué avec succès cette technique à J2123-0050, un quasar actif. Ils ont pu déterminer que la masse du trou noir concerné était de 1,8 milliard de masses solaires.

Les scientifiques comptent aussi sur les futures évolutions technologiques. L’équipe place beaucoup d’espoirs sur le télescope spatial James Webb, lancement est prévu pour le 18 décembre 2021. Il devrait aider Hubble dans sa recherche de trous noirs. Joseph Hennawi, de l’université américaine de Santa Barbara, compte également sur le prochain Extremely Large Telescope (ELT). Celui-ci, dont l’inauguration est prévue pour 2025, disposera d’un miroir de 39 mètres de diamètre.

À lire aussi : Dans l’Espace, un trou noir supermassif se déplace anormalement à 177 000 km/h

Source : universetoday