Accueil » Actualité » Des scientifiques ont découvert un minéral plus solide que le diamant

Des scientifiques ont découvert un minéral plus solide que le diamant

La lonsdaléite, retrouvée au sein de météorites écrasées en Afrique, est un minéral qui fait l’objet de nombreuses études et théories. Une nouvelle étude estime que ce minéral serait 58 % plus résistant et solide que le diamant, en plus d’être potentiellement présent sur Terre.

Diamant
Diamant © Adobe Stock

Une équipe de scientifique a découvert un minéral plus solide que le diamant, appelé lonsdaléite. Le minéral, qui faisait l’objet de nombreuses théories depuis des années, avait récemment été découvert en Afrique au sein de plusieurs météorites écrasées dans la région. On pense qu’il existerait également sur Terre, sous une forme ou une autre, bien que les scientifiques ne soient pas sûrs de sa quantité.

Un minéral plus solide et dur que le diamant

Pendant des siècles, l’humanité a cru que les diamants étaient les minéraux les plus durs sur Terre. En revanche, comme le relaye aujourd’hui NPR, la lonsdaléite (l’une des trois formes minéralisées du carbone) serait approximativement 58 % plus résistante que le diamant.

La différence principale entre la lonsdaléite et le diamant est qu’elle comprend une conception hexagonale (au lieu d’une structure atomique cubique). Cette conception spécifique lui permettrait d’être bien plus solide, estiment les scientifiques.

À lire : Écoutez le son d’une météorite s’écrasant sur Mars

La dureté de la lonsdaléite pourrait être utile pour fabriquer des outils plus durables, destinés aux industriels, par exemple. Mais les scientifiques affirment également que cette découverte pourrait nous en apprendre davantage sur les différentes interactions de l’univers et, finalement, sur l’évolution de la Terre en tant que planète.

Les météores, retrouvés en Afrique, ont laissé derrière eux plusieurs gisements de minéraux. On pense que ces astéroïdes provenaient initialement d’une planète naine, bien que les scientifiques ne sachent pas exactement de quelle planète il s’agissait. Les scientifiques ont publié leur étude sur la lonsdaléite dans les Comptes-rendus de l’Académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique (PNAS) au début du mois.

Source : PNAS