Accueil » Actualité » Sur Pornhub, les recherches « ukrainian girls » explosent depuis le début de la guerre

Sur Pornhub, les recherches « ukrainian girls » explosent depuis le début de la guerre

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, les internautes recherchent à foison les termes « ukrainian girl », « ukrainian porn » ou encore « war porn » sur Google et Pornhub, déplore l’association Stop Fisha.

Image 1 : Sur Pornhub, les recherches "ukrainian girls" explosent depuis le début de la guerre
Les recherches récentes sur Google et Pornhub – Crédit : association Stop Fisha

La guerre en Ukraine se développe également en ligne. Anonymous a notamment lancé plusieurs cyberattaques contre les sites gouvernementaux russes. Et le collectif de hackers d’encourager les internautes à poster des commentaires sur Google Maps pour informer les Russes. Mais le conflit s’est également invité à un endroit bien plus inattendu : les sites pornographiques.

En effet, comme le dénonce l’association Stop Fisha, les fantasmes des internautes sont exacerbés par le conflit en cours. Graphiques de Google Trends à l’appui, elle révèle que les termes « ukrainian girls », « ukrainian porn » ou encore « war porn » sont massivement recherchés depuis le début de l’invasion.

Sites porno : les recherches « ukrainian girls » en forte hausse

Et l’association de lutte contre le cybersexisme d’évoquer également les recherches populaires sur le célèbre site porno Pornhub qui risque d’ailleurs d’être bloqué dans nos contrées. Parmi les tendances, on retrouve ainsi les mots-clés suivants : « ukraine », « ukrainian », « ukrainian girl ». « Alors que le peuple ukrainien combat une guerre qui leur a été imposée et luttent pour leur survie, le cyberexisme ciblant les Ukrainiennes explose », déplore l’association qui dénonce en outre l’arrivée massive des soldats russes sur Tinder, en quête de conquêtes ukrainiennes.

De son côté, le site Reduxx a également documenté le phénomène, rapportant un pic d’activité sur le forum Reddit r/UkrainianNSFW. Des utilisateurs cherchaient notamment à obtenir des détails pornographiques sur les agressions sexuelles susceptibles de se produire dans le pays en plein conflit.

Membre du Center to End All Sexual Exploitation, Tom Farr a dénoncé cet afflux de recherches via son compte Twitter. D’après lui, la tolérance accrue des internautes permettrait d’expliquer en partie cette récente vague d’occurrences, le seuil de « satisfaction » poussant les consommateurs de porno à rechercher des images de plus en plus réalistes et extrêmes.

Source : Stop Fisha