Accueil » Actualité » Embouteillages, cultures saccagées, TikTok est non grata au Népal

Embouteillages, cultures saccagées, TikTok est non grata au Népal

Le Népal interdit les vidéos TikTok sur ses sites touristiques, les créateurs de contenus ne respectant pas ces lieux.

Au Népal, le respect a déménagé. TikTok y a fait une entrée fracassante, les créateurs de contenus usant de cet outil sans réflexion.

Image 1 : Embouteillages, cultures saccagées, TikTok est non grata au Népal
Boudhanath Stupa, Katmandou  ©jmhullot

Ils sont nombreux à se prendre en photo, en vidéo avec des poses peu dignes, dansant, marchant sur les cultures et créant des embouteillages dans le flot de touristes et pèlerins, rapporte Rest of World. Bref, les tiktokeurs ne sont pas en odeur de sainteté au Népal.

TikTok est mis à la porte des lieux touristiques au Népal

Dérangeant la quiétude habituelle des sites touristiques et religieux népalais, ils ont été mis au banc. Le Népal a érigé sur ces lieux des panneaux « No TikTok ». Parmi eux, on compte le site de pèlerinage bouddhiste de Lumbini, le célèbre Stupa Boudhanath de Katmandou, le temple Ram Janaki à Janakpur et le temple Gadhimai à Bara.

« Faire du TikTok en jouant de la musique forte crée une nuisance pour les pèlerins du monde entier qui viennent sur le lieu de naissance du Bouddha Gautama », explique Sanuraj Shakya, porte-parole du Lumbini Development Trust, qui gère les sanctuaires de Lumbini. « Nous avons interdit le tournage de TikTok dans et autour du jardin sacré, où se trouvent les principaux temples ».

Et le Népal se donne les moyens nécessaires. Des caméras de surveillances ont ainsi été installées à Bodnath, l’un des principaux sanctuaires de Katmandou, afin de faire respecter l’interdiction de filmer des TikTok. Et si contrevenant il y a, ils « seront passibles de sanctions conformément aux règles du gouvernement népalais », comme le précise un autre panneau installé à Karmandou.

L’usage désordonné de TikTok porte préjudice au Népal

Et l’affaire a de quoi être prise au sérieux. Surplombée de parapluie colorés, une rue de Katmandou a été prise d’assaut par les titokeurs, créant des embouteillages. La municipalité a dû prendre la décision de fermer l’axe.

Pire, ces derniers mois, des cultures ont même été saccagées par des tiktokeurs. Cherchant toujours le meilleur point de vue, ils ont piétiné des champs. Les cultivateurs de camomille de Morang ont même été obligés d’avancer leur récolte pour qu’elle ne soit pas gâtée par les amateurs de vidéos verticales.

L’interdiction est trop radical pour certains utilisateurs

Du côté des utilisateurs du réseau social, aucune animosité, mais de l’incompréhension. Rest of World rapporte les propos de certains d’entre eux, comme Gyan Basnet qui explique que « les fonctionnaires auraient dû demander aux producteurs de contenu TikTok de respecter le caractère sacré des lieux religieux, au lieu d’interdire purement et simplement quelque chose. »

L’apport de touristes attirés par ces lieux pour faire des vidéos TikTok « ne devrait pas être ignoré », ajoute ce Népalais.

Néanmoins, les touristes sont loin d’être les utilisateurs majoritaires de TikTok au Népal. Une enquête nationale réalisée en 2022 révèle qu’en deux ans, les internautes népalais utilisant TikTok sont passés de 3% à plus de 55%. Une augmentation fulgurante exacerbée par les confinements dûs à la pandémie de Covid-19.

A lire > TikTok est l’application la plus téléchargée dans le monde

Source : Rest of World