Accueil » Actualité » Andor : l’Empire utilise une méthode de torture épouvantable

Andor : l’Empire utilise une méthode de torture épouvantable

L’épisode 9 de la série Andor a permis de mettre en exergue la cruauté de l’Empire matérialisée par une technique de torture particulièrement sadique.

Image 1 : Andor : l'Empire utilise une méthode de torture épouvantable
Bix torturée par l’Empire © Lucasfilm

La série Andor gagne a être connue tant elle explore avec brio des recoins inexplorés de la galaxie Star Wars. Par l’entremise de plusieurs personnages, nous découvrons les rouages du système totalitaire de Palpatine dont l’oppression va faire naître le sentiment de rébellion. L’épisode 9 continue de dépeindre la cruauté froide de l’Empire à travers Narkina 5, un camp de concentration qui ferait pâlir d’envie les dictateurs les plus tyranniques.

Alors que Cassian y est prisonnier, Bix Caleen a été capturée par les Impériaux sur Ferrix. L’ancienne petite amie du héros se retrouve nez à nez avec Dedra Meero, l’officière zélée du BSI qui enquête sur la résistance naissante. Et pour faire parler sa prisonnière, elle n’hésite pas à mobiliser le Dr Gorst qui se fait un plaisir d’expliquer les origines de sa nouvelle méthode de torture.

À lire > Andor rend discrètement hommage au premier film de George Lucas

Andor : des cris de souffrance pour torturer les suspects

Il y a quelque temps, l’Empire a colonisé la lune de Dizon Fray dans la Bordure extérieure. Les Dizonites se sont révoltés, refusant la construction d’un centre de ravitaillement sur leurs terres. Les Impériaux les ont alors décimés. « Le massacre des Dizonites a été enregistré pour témoigner de la mission. Ils émettent un son en mourant comme un chœur qui hurlerait une supplique d’agonie. Personne n’avait jamais rien entendu de tel », raconte le tortionnaire.

Les officiers qui ont réceptionné l’enregistrement ont ensuite été victimes d’une « grande souffrance émotionnelle », se réfugiant dans une gaine d’aération. Flairant le bon filon, l’équipe du Dr Gorst a récupéré les enregistrements pour les éditer, « notamment un passage où semblent figurer surtout des enfants et qui produit un effet très particulier ».

Après ces sombres explications, Bix est équipée d’un casque d’où sont émis les cris de souffrance. Et Dedra Meero de lui conseiller de coopérer totalement : « Les expositions répétées font le plus de dégâts ». Le regard horrifié de Bix conclut cette séquence dérangeante qui en dit long sur la cruauté sans limite de l’Empire.