Accueil » Actualité » Des pierres collectées il y a 200 ans suggèrent une possible nouvelle source d’eau sur Mars

Des pierres collectées il y a 200 ans suggèrent une possible nouvelle source d’eau sur Mars

Une nouvelle étude estime que la roche présente sur Mars pourrait contenir de l’eau.

Parmi les grandes questions que pose l’étude de notre système solaire, l’une des plus actives est la recherche de la vie. On le sait, la présence d’eau sur une planète pourrait contribuer fortement à développer la vie. Alors que de plus en plus d’indices suggèrent que la vie a pu exister sur Mars, les agences spatiales internationales recherchent des traces d’eau à sa surface. Selon une nouvelle étude, il se pourrait que certains indices se trouvent dans la roche.

Crédit : NASA
Crédit : NASA

L’hématite, une roche minérale composée d’oxyde de fer, est très répandue sur Terre. Elle se trouve sous plusieurs formes et dans des endroits variés. Le professeur Peter J. Heaney et l’étudiante en doctorat Athena Chen ont analysé certains échantillons de cette roche prélevés au 19ème siècle. Et surprise, ces roches contiennent également… de l’eau.

L’hématite, une roche minérale qui, sous certaines conditions, peut contenir de l’eau

Initialement, les deux scientifiques cherchaient à cristalliser des hématites. Mais au cours de l’analyse d’un échantillon, Athena Chen a découvert une roche à le teneur en oxyde de fer trop pauvre. Lorsqu’elle a fait part de ce constat à Peter Heaney, les deux scientifiques se sont intéressés à d’autres études, deux en particulier qui avaient constaté la même chose, dans les années 1840.

Les scientifiques en question, Rudolf Hermann et August Breithaupt, avaient chacun de leur côté observé des cas similaires. Les hématites étaient pauvres en oxyde de fer, et contenaient de l’eau. Les travaux de ces deux scientifiques avaient été rejetés par d’autres études au début du 20ème siècle.

Pourtant, Amanda Chen et Peter Heaney ont bien constaté les mêmes choses. Ils ont donc cherché à analyser les mêmes échantillons que leurs confrères. Après avoir analysé ces échantillons avec des méthodes modernes, Amanda Chen a constaté que les hématites étaient en effet, pauvres en fer. A la place, elle y trouvé des molécules d’hydroxyle, résultant d’eau stockée dans le minéral.

Les hématites présentes sur Mars pourraient contenir de l’eau

La NASA a d’ores et déjà confirmé la présence d’eau sur Mars. De plus en plus d’indices indiquent que Mars comporte des lacs souterrains, ou même des océans, mais il semble que les roches en surface pourraient également contenir de l’eau.

En 2004, la NASA, grâce à son rover Opportunity, a découvert sur Mars des concrétions de minéraux, qui se sont révélées être… des hématites. Celles-ci ont été baptisées « myrtilles » en raison de leur forme. Malheureusement, le rover ne pouvait pas analyser en profondeur ces minéraux pour constater ou non la présence d’eau à l’intérieur.

En parallèle, Amanda Chen a déterminé qu’à des températures inférieures à 149 degrés Celsius, et un environnement comportant de l’eau alcaline, l’hydrohématite participe à créer des couches sédimentaires. « Une grande partie de la surface de Mars est apparemment apparue lorsque la surface était plus humide et que des oxydes de fer se sont précipités de cette eau. » a déclaré Peter Heaney.

D’après Heaney, la forme de myrtilles des concrétions minérales présentes sur Mars donne également un indice. « Sur Terre, ces structures sphériques sont de l’hydrohématite, il me semble donc raisonnable de supposer que les cailloux rouge vif sur Mars sont de l’hydrohématite » a-t-il complété. D’après lui, il se pourrait que l’aridité de Mars pourrait induire que l’hématite à sa surface contienne de l’eau.

Source : space.com