Accueil » Actualité » Grâce au laser, nous pourrions nous débarrasser des déchets radioactifs en 30 minutes !

Grâce au laser, nous pourrions nous débarrasser des déchets radioactifs en 30 minutes !

Gérard Mourou, le scientifique à l’origine de cette déclaration est loin d’être un illuminé prenant ses rêves pour des réalités.

Gerard Mourou, le domaine des lasers, il le connaît. Il a même reçu un prix Nobel pour ses travaux sur les lasers à pulsation rapide. Rien que ça…. Et aujourd’hui, il affirme qu’en augmentant ces pulsations 10 000 fois, nous pourrions modifier les déchets nucléaires à un niveau sub-atomique pour les rendre inoffensifs.

Attention laser ! - Crédits : Wikimedia
Attention laser ! – Crédits : Wikimedia

« Prenons le noyau d’un atome. Il est composé de protons et de neutrons. Si on ajoute ou enlève un neutron, cela change absolument tout. Ce n’est plus le même atome, et ses propriétés vont complètement changer. La durée de vie des déchets nucléaires est fondamentalement modifiée, et nous pourrions la réduire d’un million d’années à 30 minutes»

Les déchets radioactifs, un problème bien encombrant

À l’heure d’aujourd’hui, le seul moyen que nos gouvernements ont trouvé pour traiter les déchets radioactifs est de les enfouir, dans le sol. On sait déjà que certains d’entre eux, comme le plutonium 239 par exemple, émettent des rayonnements dangereux pendant plus de 20 000 ans. Donc objectivement, cette « solution », sur le long terme, revient à se tirer une balle dans le pied. Comme la situation n’est pas encore dramatique, et que nous cherchons désespérément à nous rendre indépendant des énergies fossiles, ils prient simplement pour que la technologie vienne nous sauver à temps. Enfin, il y a tout de même la guerre en Ukraine, et là-bas la menace nucléaire resurgit.

À lire aussi > La NASA veut installer une centrale nucléaire sur la Lune

Gérard Mourou va t-il nous sauver ?

Heureusement, Gérard Mourou est là. Ce détenteur de prix Nobel pour le développement de Chirped Pulse Amplification (CPA) dit avoir « une passion pour les lumières extrêmes ». Mourou et sa collaboratrice Strickland visaient initialement avec leurs recherches le champ médical et industriel, créant un moyen de faire des coupes très précises. Mais voilà, ces impulsions attosecondes sont si rapides qu’elles nous ouvrent l’accès à des événements ultra-rapides tels que ceux se produisant à l’intérieur des atomes et dans les réactions chimiques. En explorant cette nouvelle voie, Mourou espère donner à CPA une chance de neutraliser les déchets nucléaires. Ainsi, il travaille déjà activement à un moyen d’y parvenir en collaboration avec Toshiki Tajima de l’UC Irvine.

À lire aussi > Recherche nucléaire: un puissant laser pour comprendre le vieillissement des armes nucléaires

« Nous sommes déjà capables d’irradier de grandes quantités de matière en une seule fois avec un laser de forte puissance, la technique est donc parfaitement applicable et, en théorie, rien ne nous empêche de la passer à l’échelle industrielle. C’est le projet que je lance en partenariat avec le Commissariat aux Energies Alternatives et à l’Energie Atomique, ou CEA, en France. Nous pensons que dans 10 ou 15 ans, nous aurons quelque chose à démontrer. C’est ce qui me permet vraiment de rêver en pensant à toutes les applications futures de notre invention. »

Quinze ans, c’est très peu à l’échelle des problèmes radioactifs. Allez, on croise les doigts, ou on prie que Gérard Mourou sauve le futur de l’humanité.

Source : Bigthink