Accueil » Actualité » L’Ukraine produit 70% du néon, de quoi augmenter la pénurie de puces

L’Ukraine produit 70% du néon, de quoi augmenter la pénurie de puces

L’Ukraine est le plus gros exportateur mondial de néon hautement purifié. Ce gaz est nécessaire pour la fabrication de microcomposants.

Voilà maintenant plus d’une année que les constructeurs de microcomposants que sont les puces électroniques peinent à honorer leurs commandes. Si la vitesse de production s’est améliorée ces derniers mois, Nvidia, par exemple, ne voyait pas la fin de la pénurie de cartes graphiques avant fin 2022. Et cette fois-ci, la situation est autrement plus inquiétante.

La pénurie de composants semi-conducteurs risque fort de s'aggraver- Crédits : Laura Ockel/Unsplash
La pénurie de composants semi-conducteurs risque fort de s’aggraver- Crédits : Laura Ockel/Unsplash

Le néon hautement purifié est un élément absolument essentiel pour faire fonctionner les lasers, eux-mêmes nécessaires à la fabrication de puces semi-conductrices, via gravure des circuits dans des plaques de silicium. C’est un sous-produit de la production d’acier, mais on ne le trouve qu’en petites quantités et il est capturé par les installations des anciennes aciéries gérées à la fois par l’Ukraine, mais aussi en Russie.

Très peu d’industries dans le monde produisent du néon hautement purifié

C’est un processus de niche que très peu d’usines dans le monde exécutent, car ce néon doit être raffiné à une pureté de 99,999 % pour pouvoir être utilisable dans l’industrie de la fabrication de semi-conducteurs. Des analystes ont averti que même si des sources alternatives sont sécurisées, la certification des produits pourrait prendre de six mois à une année.

Lorsque la Russie a envahi la Crimée en 2014, le prix du néon a grimpé d’au moins 600 %. Cette fois-ci, les entreprises ont déclaré qu’elles pouvaient puiser dans les réserves, mais la ruée vers des fournisseurs qui ne sont pas en Europe de l’Est entraîne des pénuries et des hausses de prix, non seulement du néon, mais aussi d’autres gaz industriels tels que le xénon et le krypton.

Si une interruption de l’approvisionnement ukrainien prend lieu, le prix de ce gaz devrait exploser. Indirectement donc, le prix des semi-conducteurs augmenterait à leur tour, et leur production serait encore ralentie. Alors que la pénurie s’est déjà trouvée prolongée ces derniers mois à cause du manque de manœuvre qualifiée.

En plus de ces bâtons dans les roues, le marché de l’électronique pèse 25milliard en Russie. De nombreuses firmes technologiques comme Apple ont décidé de couper les ponts avec la Russie. En somme, le marché de l’électronique va connaitre des temps difficiles dans les mois et peut-être années à venir, et nous devrions constater un ralentissement de l’innovation à l’échelle mondiale.

Source : leblogauto