Accueil » Actualité » Les défenseurs de l’aviation demandent de bloquer la 5G autour des aéroports

Les défenseurs de l’aviation demandent de bloquer la 5G autour des aéroports

Un certain nombre de groupes de l’industrie aéronautique ont demandé à la Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis de restreindre de manière permanente certains signaux 5G autour des aéroports. Quid de la France ? On vous explique.

Certaines bandes de 5G coupées dans les aéroports américains © Patrick T. Fallon, Getty Images
Certaines bandes de 5G coupées dans les aéroports américains © Patrick T. Fallon, Getty Images

Dans le cadre d’un accord temporaire, les opérateurs Verizon et AT&T ne diffusent plus la 5G en bande C autour des aéroports américains. Les groupes d’aviation veulent rendre certaines restrictions permanentes, comme l’indiquent nos confrères de CNET.

Certaines bandes de 5G coupées autour des aéroports américains

Suite à cet accord conclu avec la FCC, Verizon et AT&T ne diffuseront plus de 5G en bande C autour des aéroports américains, et ce, jusqu’en juillet 2023. AT&T et Verizon auront dépensé ensemble près de 70 milliards de dollars pour acquérir les licences du spectre en bande C lors d’une vente aux enchères de la FCC entre décembre 2020 et janvier 2021.

Des groupes de défense de l’aviation, notamment l’Aerospace Industries Association et Airlines for America, ont rencontré la FCC pour discuter de la permanence de certaines de ces restrictions. Les défenseurs de l’aviation souhaitent bloquer de manière permanente certaines de ces émissions de signaux en bande C, en particulier dans la gamme de fréquences de 4 200 MHz à 4 400 MHz. Ils souhaitent aussi que les antennes 5G pointent à 90 degrés au-dessus de l’horizon.

L’accord temporaire vise à donner aux compagnies aériennes le temps de s’assurer que les signaux 5G n’interféreront pas avec l’équipement des avions. Les radioaltimètres, utiles lors des atterrissages par mauvais temps, sont particulièrement concernés puisqu’ils émettent sur cette même gamme de fréquence, comme l’indique Orange.

Pas de risque pour les aéroports français, souligne Orange

Quid de la France ? Selon Orange, la situation dans l’Hexagone est bien différente. D’une part, en France, les fréquences sont délimitées entre 3,4 et 3,8 GHz. En parallèle, les opérateurs téléphoniques français ont dirigé les antennes relais à proximité des aéroports vers le sol et non vers le ciel, dans le cadre de la mise en œuvre de mesures de précaution provisoires définies par les autorités et les opérateurs.

« De cette façon, il ne peut y avoir d’interactions avec les avions ou d’éventuelles perturbations des radio-altimètres, la 5G servant uniquement les utilisateurs au sol » comme l’avait précisé l’opérateur historique.

Au micro de France Culture, Gilles Brégant, Directeur général de l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR), avait également mentionné que la 5G était moins puissante et bien plus régulée en France, grâce aux actions préventives de son agence et de l’Agence de Sécurité Sanitaire (ANSES).

Si aucun incident n’a été relevé en France à cause de la 5G, certains équipements vont toutefois être mis à jour, dont les radioaltimètres. Comme le précisait La Montagne en 2021, le laboratoire Thales situé à Brives travaille d’ores et déjà sur des versions entièrement compatibles avec la 5G, la plupart des radioaltimètres en utilisation ayant été conçus en même temps que la sortie de la 2G.