Actualité

Les dinosaures pourraient revenir sur Terre d’ici 2025, assure le paléontologue de Jurassic Park

En 1993 sortait Jurassic Park, un film dans lequel un milliardaire fou a réussi à recréer plusieurs espèces de dinosaures qu’il a réunies dans un parc d’attraction. On découvrait alors le personnage d’Alan Grant (Sam Neill), un paléontologiste passionné inspiré par un vrai scientifique appelé Jack Horner. Ce dernier a récemment fait quelques révélations sur ses dernières études visant à recréer un dinosaure en chair et en os.

Crédit : Universal Pictures

Entre 2010 et 2015, Horner a travaillé sur un projet de « chickenosaurus », un mélange de dinosaure et de poulet. Car ne l’oublions pas, « les oiseaux sont des dinosaures vivants », rappelle le paléontologiste. Son objectif était donc d’extraire de l’ADN de dinosaure et de la mélanger à celle d’un poulet. Mais la tâche semble plus compliquée que la technique du moustique employée dans Jurassic Park.

Le plus petit dinosaure jamais découvert a traversé 99 millions d’années dans l’ambre

Après le « chickenosaurus », le vélociraptor

« J’ai essayé à plusieurs reprises d’extraire l’ADN d’un dinosaure et nous avons toujours échoué. Nous pensons que c’est parce que la molécule d’ADN est énorme et pas très stable. Elle se démonte trop facilement. », explique Horner. Le paléontologue semble néanmoins très confiant, et assure que la création de son « chickenosaurus » se concrétisera très bientôt. « Nous avons pu faire certaines choses récemment qui nous ont donné l’espoir que cela ne prendrait pas trop de temps. », ajoute-t-il. Après le « chickenosaurus », la version supérieure que les scientifiques seront en mesure de créer devrait ressembler à un vélociraptor, indique Jack Horner.

Ce dinosaure est si bien préservé qu’on sait ce qu’il a mangé avant de mourir

En attendant de voir un dino-poulet ou un vélociraptor se promener sur la surface de la Terre, les fans de dinosaures pourront bientôt revoir Blue et ses congénères sur le grand écran. On les retrouvera en effet dans le film Jurassic World 3 : Dominion, dont la sortie est prévue pour juin 2021.

Jurassic Park : une scène phare du roman a été abandonnée par Spielberg

Source : MOVIE WEB

Cet article a été modifié le: 18 juin 2020 12 h 08 min

Voir les commentaires

  • De plus en plus je crois que les dinosaures existent encore dans la région lointaine de l'antarctique d'où le fait qu'il est strictement interdit d'aller plus loin que le 70 Ime parallèle et qu'ils ont de l'Adn des dinosaures et même des mammouths qu'ils prétendent de ne pas vouloir s'en servir pour cloner mes semble que plus ils avance dans leurs science plus que leur folie va loin je ne crois pas que si ils ont tout les instrument qu'ils ne s'en serviraient pas regardez ce qui ce passe en ce moment et vous me direz pas qu'ils n'aille pas au bout de leurs science.

  • Les dinosaures sont intéressants en tant que fossiles. Recréer ces monstres et les lâcher dans la nature déjà compromise par la prédation humaine et le changement climatique, c’est bizarre. C’est comme dans tous les films catastrophe. L’être humain est sûrement la seule créature terrestre à anticiper ou rêver sa disparition. Recréer les dinosaures et les lâcher va mettre en péril les espèces actuelles 1 milliard de fois plus belles et adaptées à vivre aux côtés de l’homme sur Terre. Les dinosaures ont disparu et c’est tant mieux. Rien ne vaut une maman ours noir faisant traverser la route à ses petits en les prenant un par un, avec une patience d’ange, surtout quand deux petits retraversent dans l’autre sens. Jolie aussi, l’attitude des automobilistes qui patientent et attendent poliment que toute la famille ours (5 petits turbulents) soit en sûreté. Non décidément, rien ne vaut nos animaux actuels, sans parler de leur super intelligence.

  • Qu'ils commence déjà par protéger les espèces vivants aujourd'hui qui risque de devenir espèce disparue demain enssuite faire des années de recherche onéreuses pour recréer ce qui n'aurait. Pas du disparaître.

  • Les dinosaures pourraient réguler les humains, comme ça, la planète irait peut-être mieux. Les dinosaures sont des animaux, on pourrait les ressusciter, ils ne nous ferait peut-être aucun mal, il faut essayer et voir le résultat

  • Il faudrait que l homme arrête de se prendre pour dieu pour recréer des créatures disparue qui étaient passionnante je l accorde mais trop dengeureuse pour tous les autre être vivant comme nous que toute ces personnes arrete de vouloir faire resurgir des monstres sa chant bien que l homme est incapable a tous contrôler vue notre histoire qui ne sert à rien vue le monde d aujourdhui nous allons tout droit a notre destruction fin de l histoire de l homme qui se crois supérieure a tous et qui n est qu en faite qu un Pantin de la vie dommage que je face partis de cette humanité mais pas le choix

  • Il faut les arrêter et les enfermer ces gens là, on a pas déjà assez d'embrouilles avec les fanatiques religieux et politiques de toutes sortes sur cette planète, ces gend veulent nous introduire un retour de prédateurs plus dangereux .oh oh chap dru les chevaux fous chap dru biloute .

  • Juste, je tiens à préciser que le Diable de Tasmanie n'est pas une espèce éteinte et au stade actuel, il faut se poser la question si les espèce que l'on va réussite sont encore apte à la réhabilitation dans leur milieu naturel.... et j'en doute avec la place de l'homme actuellement. Donc, si une espèce est ressuscité , dans la majeur partie des cas, elle ne sera que pour attiser la curiosité scientifique. Et tel de la même manière que le film, on en reviendra à des créatures cloîtrer dans un zoo. Mais d'abord, faudrait déjà se demander si c'est réalisable, car venant d'un paléontologue étant un des édifices du film qui conserve encore aujourd'hui des dinosaure sans plume(le T-Rex en avait pas, sur ce coup, ils ont eu de la chance), je doute fort qu'on peut prendre ses propos au sérieux, mais qui sait ? Peut-être.

  • Quitte à vouloir "ressusciter" des espèces disparues, autant se concentrer sur celles que nous avons décimées ces derniers siècles, des espèces dont l'absence appauvrit l'écosystème : diable de Tasmanie, dodo, tigre de Java, rhinocéros blanc... et ne parlons pas des poissons ou des insectes ! Malheureusement, ici comme ailleurs, l'être est moins vendeur que le paraître.