Accueil » Dossier » Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Withings vient de lancer sa première montre connectée personnalisable sur mesure. Nous avons été invités à découvrir les processus mis en place et les différentes étapes d’assemblage de cette montre Made in France.

Image 1 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Withings vient de lancer le 2 avril sa première montre connectée personnalisable sur mesure. Grâce aux contraintes imposées par l’unicité de chaque modèle produit, le constructeur français a été obligé de monter sa propre antenne de montage en France, en l’occurrence à Issy-Moulineaux, à côté de Paris. Une première Manufacture pour la marque qui lui permet de targuer sa nouvelle montre Move de « première montre connectée conçue et fabriquée en France ».

Pour l’occasion, nous avons été invités à découvrir les processus mis en place et les différentes étapes d’assemblage de cette montre Made in France.

>>> Les 10 meilleures smartwatch 2019

5800 combinaisons

Image 2 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Vendue seulement 79,95 €, la Move personnalisable s’adapte aux goûts de chacun. On peut changer quatre éléments différents : le cadran, le boîtier, l’aiguille du tracker d’activité et le bracelet. De multiples coloris sont disponibles. Actuellement, plus de 5800 combinaisons sont offertes. Withings explique que le catalogue n’est pas figé. Il pourra éventuellement évoluer en collections si la demande suit. Des tons hivernaux, des tons estivaux et des cadrans plus originaux sont à attendre.

Des cadrans pour se différencier

Image 3 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Les cadrans sont imprimés directement à la Manufacture de Withings. Actuellement, 13 modèles sont disponibles, mais la liste peut s’allonger. Withings n’exclut pas des partenariats avec des artistes tiers pour dessiner de nouveaux cadrans exclusifs.

Une Withings Move Tom’s Guide ? Ce serait possible

Image 4 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Personnalisable, la Move pourra tout aussi bien être proposée aux entreprises afin d’être floquée de leurs logos et ouvrir ainsi un nouveau marché à Withings.

Sélection des composants

Image 5 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Entrons dans le vif du sujet : l’assemblage d’une Move. L’opératrice reçoit ici l’ordre de commande sur son écran. Elle prépare alors les différentes pièces nécessaires sur une plaquette numérotée.

La barquette pleine

Image 6 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Voici l’ensemble des pièces nécessaires à l’assemblage d’une Withings Move personnalisée : un boîtier, un couvercle, une grosse pile bouton qui permet une autonomie de 18 mois, un mouvement complet avec module Bluetooth, accéléromètre et vibreur, un cadran, les aiguilles et le bracelet.

L’intervention de l’horloger

Image 7 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Le plateau constitué est ensuite remis à une horlogère qui s’occupe à proprement parler de l’assemblage de la montre. Ici, le cadran a été associé au mouvement et les aiguilles sont posées à la brucelle. S’agissant d’électronique, un bracelet antimagnétique est utilisé pour éviter tout dommage éventuel sur le mouvement.

Nettoyage approfondi

Image 8 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Avant d’être assemblés, le cadran et le boîtier sont soigneusement nettoyés afin de n’enfermer aucune poussière ou particule indésirable.

18 mois d’autonomie

Image 9 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Il reste à installer la pile, vérifier ses contacteurs puis fermer le boîtier avec le couvercle.

Tests des fonctionnalités

Image 10 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Vient ensuite une première batterie de tests. Ceux-ci visent à valider les fonctionnalités de la montre. Le défilement des aiguilles est vérifié, tout comme le bon fonctionnement du bouton poussoir.

Mise sous pression

Image 11 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Vendue comme étant étanche à 50 mètres, la Move est soumise à un test de pression via cet appareil. Withings rappelle qu’il est préférable de confier le changement de la pile à un horloger afin de garantir l’étanchéité de la montre.

L’épreuve de la cage de Faraday

Image 12 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Dernières vérifications avec cette cage de Faraday qui reproduit tout un panel de perturbations électromagnétiques. Sont aussi testés ici le vibreur ainsi que la connexion Bluetooth.

Mise en boîte

Image 13 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

Après une photo témoin, la montre est emballée dans son écrin, prête à rejoindre le poignet de son propriétaire.

Plus loin que la Move, la santé

Image 14 : Montre connectée : plongée au coeur de la Manufacture Withings

De l’aveu d’Éric Carreel, cofondateur de la marque, Withings compte écouler au moins 100 000 Move personnalisables. Si le succès est au rendez-vous, une autre Manufacture Withings pourrait voir le jour aux États-Unis.

Une reconquête du marché américain qui fera définitivement oublier l’épisode Nokia/Withings duquel la marque française était sortie en mauvais état. Aujourd’hui, les comptes sont à l’équilibre et l’objectif est d’investir massivement dans la santé, avec notamment la Move ECG. Cette nouvelle montre intégrant un électrocardiogramme sortira dans quelques mois à 129 €.